Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans la Sarthe, un brevet des collèges sur fond d'année tronquée par le Covid-19

-
Par , France Bleu Maine

Les collégiens entament leur première épreuve du brevet des collèges. En Sarthe, les troisièmes ont dû faire avec une année tronquée, marquée par les cours en distanciel et le retour des demi-jauges. Alors dans ce contexte particulier, le maintien de l'examen les inquiète.

Dans la Sarthe, les candidats au brevet appréhendent l'examen, après une année tronquée par le covid-19.
Dans la Sarthe, les candidats au brevet appréhendent l'examen, après une année tronquée par le covid-19. © Radio France - Juliette Micheneau

"Je suis de nature stressée alors là un examen pour lequel je ne me sens pas prête, évidemment je suis très stressée", confie Anna, candidate au brevet des collèges au Mans. Il faut dire que dans la Sarthe, particulièrement touchée par le coronavirus, les troisièmes n'ont pas eu une année simple. "On a été plus souvent en demi-jauge, on a pas eu autant de cours que dans d'autres zones. On a l'impression que c'est injuste que l'on passe le même examen que tout le monde", raconte Romane, elle aussi élève en troisième au collège Saint-Julien du Mans. 

Une tolérance des examinateurs 

Face  à cette situation, elle compte sur la tolérance des examinateurs. Une tolérance, déjà appliquée lors du contrôle continu, témoigne Delphine Gaschet, représentante enseignante du SNES dans un collège de Connérré. "On a tous été plus souple cette année. Après, les consignes seront données par le Ministère aux correcteurs. Je pense que ce seront des consignes de bienveillance mais les sujets sont nationaux. On n'est pas à l'abri d'un élève qui fait une crise de panique face à un thème qu'il n'a pas abordé en cours", regrette-t-elle. 

Pour elle, les parents qui le souhaitent auraient des motifs de déposer un recours au tribunal administratif pour rupture d'équité. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess