Éducation

Dans le Gers, Najat V. Belkacem estime que les petites écoles "ne sont pas les plus performantes"

Par Nelly Assénat et Edmée Doudy, France Bleu Gascogne vendredi 15 avril 2016 à 18:45

La ministre au Houga dans le Gers
La ministre au Houga dans le Gers © Radio France - Edmée Doudy

La ministre de l'Education Nationale était en visite dans le Gers ce vendredi 15 avril 2016. Elle a notamment effectué une visite du groupe scolaire du Houga au cours de laquelle elle n'a pas défendu le principe des RPI, alors que des parents gersois se sont mobilisés ces dernières semaines.

La visite était bien organisée : la ministre de l'Education Nationale Najat Vallaud-Belkacem a notamment fait des photos à la cantine de l'école du Houga, entourée de plusieurs enfants.

Officiellement, elle venait inaugurer le groupe scolaire Jean Jaurès refait à neuf.

Au cours de cette visite la ministre a pu répondre à une question de France Bleu Gascogne sur le sort des RPI, les regroupements pédagogiques intercommunaux. Ces dernières semaines des parents s'étaient mobilisés, à Auch notamment, pour défendre ces petites classes rurales dans les villages gersois. La directrice académique nous avait confié au mois de mars que l'Etat allait réorganiser les RPI. En clair : les plus petites écoles qui parfois n'accueillent qu'une dizaine d'élèves font fermer pour remplir celles des communes où il y a un peu plus de demandes.

Pour les élèves, être à plusieurs niveaux n'est pas le plus performant pédagogiquement parlant—Najat Vallaud-Belkacem

La ministre est venue confirmer : "Pour les élèves, être à plusieurs niveaux n'est pas le plus performant pédagogiquement parlant. En terme de sociabilité, être dans une petite école c'est un manque (...). Une toute petite école c'est aussi un endroit où on a plus de mal à installer des projets artistiques et culturels car ça coûte trop cher et il est difficile de faire venir un animateur seulement deux heures dans une petite école éloignée".

"C'est dans l'intérêt de leur enfant d'aller dans une école plus vaste"

La ministre de l'Education Nationale conclue : "Les parents doivent se dire que c'est aussi dans l'intérêt de leur enfant d'être accueilli dans une école plus vaste". Pas sûr que ce point de vue soit bien reçu dans plusieurs familles gersoises qui s'étaient mobilisées ces dernières semaines. Le 7 mars dernier un collectif de 150 parents manifestait à Auch pour défendre les écoles rurales.

Les effectifs d'élèves dans le primaire sont en baisse dans le Gers (moins 380 élèves). Le département bénéficie toutefois d'un protocole validé avec l'Etat : pendant trois ans, l'Etat s'engage à ne pas retirer de postes dans le Gers mais l'académie doit se réorganiser. En clair : les classes de RPI les moins fréquentées vont fermer pour remplir les communes où il y a un peu plus de demande : on préfère une classe à 21 élèves que trois classes à sept.