Éducation

Dans le Nord les colonies de vacances ou les centres équestres sont particulièrement surveillés

Par Martin Cotta, France Bleu Nord mercredi 3 août 2016 à 19:23

Le sous-préfet de Douai, Jacques Destouches, aux côtés d'Anne-Christine Bafcops propriétaire du Horse Club
Le sous-préfet de Douai, Jacques Destouches, aux côtés d'Anne-Christine Bafcops propriétaire du Horse Club © Radio France - Martin Cotta

Cet été votre enfant profite peut-être de ses vacances en colonie de vacances, en centre aéré ou dans ce que l'on appelle : un accueil collectif de mineur. Et vous vous demandez peut-être s'il est en sécurité ? Dans le Nord, des agents de l'État sont là pour vérifier les installations.

À Auchy-Lez-Orchies près de Lille, le Horse Club a eu le droit à une petite visite ce mardi après-midi. Celles du sous-préfet de Douai, Jacques Destouches et de conseillers de la Direction Départemental de la Cohésion Sociale. Leur objectif est de vérifier si toutes les règles et toutes les normes sont bien respectées dans un espace d'accueil collectif de mineur comme un centre équestre ou une colonie de vacances.

"Pour protéger les enfants pas de problème"

Au Horse Club d'Auchy-Lez-Orchies, seize enfants âgés de 7 à 15 ans dorment dans des tentes près de l'écurie. Christine Dubois, conseillère en éducation populaire, inspecte les lieux et signifie à un des gérants que la boue autour des campements pourrait être masquée par de la paille. Pour le bien-être des campeurs. Elle écrit sur son carnet. Un des salariés prend acte. De son côté la propriétaire du Horse Club, Anne-Christine Bafcops ajoute : "Après ce sont les lois du camping, faut pas oublier qu'on est dans le Nord-Pas-de-Calais".

Le campement d'été des apprentis cavaliers - Radio France
Le campement d'été des apprentis cavaliers © Radio France - Martin Cotta

Si tout s'est bien passé dans l'ensemble, que les équipements du centre équestre sont aux normes comme le pare-botte dans le manège, certains papiers sont mal renseignés. Des petits soucis administratifs dont la propriétaire est consciente : "Mais nous ne sommes que deux à tout gérer : l'écurie, le paillage des boxes, les cours aux cavaliers ..." Dans ce cas précis, les agents pourraient revenir prochainement pour une contre-visite.

"Pendant les vacances on se relâche, pas la sécurité" - Jacques Destouches le sous-préfet de Douai