Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation DOSSIER : Le pourquoi du comment

Le pourquoi du comment : que faire pour que les mathématiques soient plus appréciés ?

mercredi 14 mars 2018 à 4:15 Par Isabelle Rose, France Bleu Auxerre

A l'occasion de la semaine des mathématiques, France Bleu Auxerre se penche dans le Pourquoi du comment sur le niveau des élèves français en maths et les pistes pour rendre cette discipline plus appréciée.

13 e édition des jeux mathématiques à Toulouse
13 e édition des jeux mathématiques à Toulouse © Radio France - julien laignez

Yonne, France

Les élèves français sont-ils vraiment mauvais en maths ?

Oui, selon les deux rapports qui font foi en la matière. L’enquête Internationale Pisa par exemple, qui compare, tous les trois ans, le niveau des élèves de quinze ans en lecture, maths et sciences démontre qu'en 2016, les élèves français se classent au 24ème rang sur 72. 

Pourtant cela n'a pas toujours été le cas, en France, nous étions même plutôt réputés pour la qualité exceptionnelle de l'enseignement des mathématiques  jusque dans les années quarante. C'est en fait l’avènement des mathématiques modernes, beaucoup plus abstraites, qui a tout changé. 

En 1967, le mathématicien André Lichnerowicz présida une commission pour mettre à jour les programmes scolaires français en mathématiques, une réforme qui allait grandement changer la France et sa relation ambiguë avec les mathématiques 

Les mathématiques peu appréciées en France

Selon un sondage réalisé en 2017, quatre français sur dix avouent ne pas aimer les maths. La plupart à cause de problème de compréhension en classe. 40 % estiment que les cours étaient trop théoriques. Toujours selon ce sondage, six français sur dix sont favorable à une approche plus concrète des mathématiques.    

Comment faire en sorte que les choses changent 

Cédric Villani, mathématicien de renom et député LREM vient justement de rendre un rapport sur ce sujet. Il propose 21 mesures pour réconcilier les français et les mathématiques. 

On y retrouve l'apprentissage des mathématiques fondé sur la manipulation, l’expérimentation et la verbalisation mais aussi des préconisations comme le développement des automatismes de calcul à tous les âges pour favoriser la mémorisation, des exercices de calcul mental par exemple. 

Il propose également aux élèves du lycée un module annuel de réconciliation avec les maths. Enfin, Cédric Villani encourage la formation continue des professeurs en mathématiques.

Des enseignants de moins en moins attirés par les mathématiques

Jean-Pierre Demailly, enseignant-chercheur en mathématiques à Grenoble explique que de moins en moins d’étudiants sont attirés par les sciences et encore moins par les mathématiques. 

Une crise des vocations qui entraîne dans certaines académies une pénurie de professeurs de maths en particulier dans les collèges et lycées. Des postes parfois occupés par des vacataires moins bien formés et préparés. Une désaffection que l’on retrouve aussi en primaire : huit professeurs des écoles sur dix ont fait des études littéraires et beaucoup reconnaissent ne pas apprécier particulièrement les maths.