Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Dans les maisons familiales rurales de Côte-d'Or, les élèves apprennent un métier dès la classe de 4e

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Les maisons familiales rurales (MFR) de toute la France organisent leurs journées portes ouvertes ce samedi. Il y en a 29 en Bourgogne-Franche-Comté. Des établissements qui dépendent du ministère de l'agriculture et qui permettent aux élèves de suivre une formation en alternance dès la classe de 4e.

Les élèves de 1ère en cours de toilettage
Les élèves de 1ère en cours de toilettage © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Semur-en-Auxois, France

Quand on croise Eva en train de promener Ollie au bout d'une laisse, ou Loïc, tondeuse à la main, qui coupe les poils d'un chien, difficile de s'imaginer qu'ils sont en train de se préparer pour les épreuves du bac. Et pourtant, ces élèves de la maison familiale rurale (MFR) de Semur-en-Auxois sont en classe de 1ère et se préparent à un bac pro dans le secteur canin. Les 29 MFR de Bourgogne-Franche-Comté proposent, dès la classe de 4e, des formations en alternance. Elles organisent leurs journées portes ouvertes ce samedi.

La MFR de Semur-en-Auxois s'est spécialisée dans le secteur canin et félin. Mais dans une MFR, on peut aussi apprendre la comptabilité, la gestion, les métiers de l'agriculture et de la viticulture, le tourisme, l'hôtellerie et la restauration, etc. Le principe, c'est que tous les élèves partent en stage tous les quinze jours, et passent donc une bonne partie de l'année en entreprise plutôt que sur les bancs de l'école. 

"Ce sont des jeunes qui auront du travail"

Un peu plus de 200 élèves se forment ici de la 4e au BTS, en passant par le bac pro. Et la directrice de la MFR Magali Rivière met en avant le taux d'employabilité des élèves qui sortent de l'établissement : "des jeunes qui sortent d'une formation en alternance avec parfois, sur un bac pro, 60 semaines de stage, ce sont des jeunes qui derrière auront du travail. Six mois après la sortie, 60% des jeunes sont embauchés, voire 80 % ou même 100 % pour les BTS." Ils deviennent toiletteurs, salariés d'un élevage ou éleveur eux-mêmes, maître-chiens dans des aéroports ou pour des entreprises de sécurité, etc.

Quand ils ne sont pas en entreprise, la plupart des élèves vivent au sein de la MFR, en internat toute la semaine. "L'internat c'est cool, on est avec nos potes, s'amuse Eva. Mais y'a des coups durs des fois, quand il y a des problèmes avec la famille et qu'on est loin. Ou alors quand on a un petit copain ou qu'on veut raconter des potins, on n'a pas notre téléphone la semaine, pour des jeunes, c'est vraiment dur. Mais on s'y fait finalement." Et la jeune fille affirme qu'elle a gardé ces bonnes habitudes même quand elle rentre chez ses parents : "je reprends goût à la vie. Quand j'ai mon téléphone dans les mains, je me demande à quoi ça sert, et je préfère sortir voir mes amis ou rigoler avec ma famille, ou encore aller me promener avec mon chien, même si j'en vois tous les jours." 

Eva compte bien s'engager dans l'armée de l'air en temps que maître-chien, avant d'ouvrir son propre élevage de bull-terrier.

  • Infos pratiques : portes ouvertes dans les MFR, le samedi 16 mars entre 10h et 16h. 
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu