Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Début des épreuves du bac dans l'Académie de Lille : les syndicats appellent à la grève de la surveillance

-
Par , France Bleu Nord

La réforme du baccalauréat entre dans sa phase concrète. A partir de ce lundi dans l'Académie de Lille, les élèves passent des E3C, des épreuves communes, qui compteront pour un tiers de la note finale. Les syndicats appellent à la grève de la surveillance, qui pourrait entraîner des reports.

L'une des nouveautés de cette réforme du bac : les E3C. Ces épreuves commencent ce lundi dans l'Académie de Lille. Image d'illustration.
L'une des nouveautés de cette réforme du bac : les E3C. Ces épreuves commencent ce lundi dans l'Académie de Lille. Image d'illustration. © Maxppp - IP3 PRESS

Les élèves actuellement en classe de première seront les premiers à passer le nouveau baccalauréat. La réforme est entrée en vigueur cette année, elle a supprimé les filières, introduit une dose de contrôle continu et un grand oral. Et tout au long de la première et de la terminale, les élèves auront des épreuves communes, baptisées E3C, qui compteront pour un tiers de la note finale.

Dans l'Académie de Lille, les premières épreuves commencent ce lundi 20 janvier. Chaque lycée doit les organiser avant la première semaine de février. Au programme : deux langues vivantes, histoire-géographie, et, pour les séries technologiques, mathématiques. La rectrice se rend d'ailleurs au lycée Gambetta à Tourcoing ce lundi matin, pour le lancement des épreuves.

Grève de la surveillance ?

Une dizaine de syndicats appelle à la grève de la surveillance des épreuves, et exigent le retrait de la réforme qu'ils jugent mal préparée et inégalitaire. Pour ces E3C, les équipes ont choisi les sujets dans une banque de données, ce n'est donc pas la même épreuve au même moment pour tout le monde. Sans parler du risque de fuites, car elles ont déjà commencé dans d'autres régions. Les syndicats craignent que le bac n'ait plus la même valeur partout.

Laurent Dacheux, professeur de Français et représentant du SNES au lycée Faidherbe de Lille, explique que "l'objectif, c'est que des actions de ce type-là aient lieu partout dans le pays, pour que la zizanie avec laquelle cette affaire est préparée (par le gouvernement) retombe sur les responsables". Avant le début des épreuves ce lundi matin, des enseignants syndiqués distribueront donc des tracts devant le lycée. 

Mettre 20/20 à tous les élèves ?

Une grève de la surveillance, cela pourrait signifier une annulation ou un report des épreuves. Ce qui inquiète les parents d'élèves. Jean-Yves Guéant, président de la FCPE du Nord, regrette cet appel à la grève, "même si on peut considérer que les revendications sont légitimes. Pourquoi ne pas imaginer faire les examens, les corriger et mettre des 20/20 à tous les élèves ? Là, ils prennent nos enfants en otage. C'est une source d'inquiétude supplémentaire à celle qui existe déjà initialement".

ECOUTEZ : Jean-Yves Guéant, président de la FCPE du Nord

En attendant de savoir ce qu'il va se passer ce lundi, les élèves de première rencontrés devant le lycée Faidherbe de Lille sont dans le flou. "Déjà qu'en DS (devoir surveillé) on est en stress total, alors pour des épreuves toute l'année..." s'inquiètent Théo, Enzo, Hippolyte et Léo-Charles, "si on se loupe, on sera dans la difficulté. On n'est pas prêt. 30% du bac, c'est pas rien. La réforme a été faite précipitamment. On est un peu perdus".

ECOUTEZ : reportage devant le lycée Faidherbe à Lille

Des épreuves continues mal préparés selon le Snes

Invitée de France Bleu Nord ce lundi matin, Odile Deverne, enseignante au lycée Montebello à Lille a vivement critiqué cette réforme et réfuté le risque que les profs feraient prendre aux élèves en menaçant d'annuler ces épreuves : "Le plus grand risque qui est fait courir aux élèves avec cet examen c'est la réforme puisque c'est monsieur Blanquer qui a dicté qu'on aurait plus d'épreuve terminale pour le bac mais ces contrôles continus qui sont mal préparés".

Le stress, les élèves l'auront toute l'année en étant évalués toute l'année !

Ecoutez Odile Deverne, enseignante au Snes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu