Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement à Bordeaux : "Chaque jour d'école compte", selon la rectrice de l'académie de Nouvelle-Aquitaine

-
Par , France Bleu Gironde

Tous les élèves des écoles primaires et des collèges de Nouvelle-Aquitaine ont repris le chemin des salles de classe ce lundi matin. La rectrice de l'académie de Nouvelle-Aquitaine Anne Bisagni-Faure en a profité pour se rendre au collège Cheverus à Bordeaux. Entretien.

La rectrice de l'académie de Nouvelle-Aquitaine s'est rendue dans un collège à Bordeaux pour la rentrée post-confinement.
La rectrice de l'académie de Nouvelle-Aquitaine s'est rendue dans un collège à Bordeaux pour la rentrée post-confinement. © Radio France - Dylan Jaffrelot

La rectrice de l'académie de Nouvelle-Aquitaine, Anne Bisagni-Faure s'est rendue ce lundi matin, au collège Cheverus à Bordeaux. Une visite de terrain pour assister à la rentrée post-confinement et échanger avec les professeurs, le principal, la conseillère principale d'orientation (CPE), mais aussi avec certains collégiens.

France Bleu Gironde : Pourquoi avez vous tenu a venir aujourd'hui dans un établissement pour inaugurer cette "deuxième" rentrée ? 

Anne Bisagni-Faure : Je suis venue pour saluer le travail de l'équipe de direction et des professeurs. Dans cet établissement tout le monde s'est investi pour éviter un décrochage scolaire pendant le confinement. La vie scolaire a fait un travail remarquable. Une quarantaine d'élèves était peu assidus au travail et elle a appelé les familles une part une. Il y a eu de la médiation pédagogique j'en suis très fière. Je suis également venue parce que c'est un retour à la normale, avoir cours dans son établissement c'est avoir de nouveau un apprentissage assidu, et puis parce que c'est une rentrée sociale, tous les élèves se retrouvent. 

Cette rentrée pour deux semaines d'école était-elle nécessaire aussi bien pour les élèves que pour le corps enseignant ? 

C'est le sentiment que j'ai eu. Chaque jour d'école compte. Nous avons donné un nom à cette période : "La reconquête du mois de juin". Il n'y a pas d'examen en fin d'année donc chaque jour est consacré aux apprentissages.  Mais c'est aussi une période où les élèves peuvent échanger entre eux et avec les professeurs sur les deux mois qui viennent de s'écouler, un peu comme un retour d'expérience. Ces deux semaines de cours vont également permettre d'identifier les élèves qui ont des difficultés ou ont pris du retard pendant le confinement afin d'éviter quelles ne s'ancrent durablement et en y remédiant dès à présent. Tout cela est fait pour préparer au mieux la rentrée de septembre prochain. 

Justement à quoi va ressembler la rentrée de septembre ? 

Nous préparons plusieurs scénarios pour la rentrée. Nous allons nous appuyer sur les retours des élèves et des professeurs. Nous allons aussi essayer d'éradiquer certains problèmes comme ceux liés au numérique. Nous avons constaté certains problèmes depuis le mois de mars et si un jour nous devons reprendre ce travail à distance, nous ne voulons pas les retrouver, nous voulons en sortir grandis. Il y aura plus d'accompagnement personnalisé au tout début. Et pour terminer nous souhaitons également que la rentrée se fasse en réel, dans les établissements. 

Dans ce collège de Bordeaux, 90% des élèves étaient présents pour cette rentrée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu