Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement des écoles le 11 mai : "On ne transigera pas sur les garanties de sécurité"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le syndicat d'enseignants FSU en Lorraine n'est pas convaincu par les annonces d'Edouard Philippe mardi sur la réouverture des écoles le 11 mai. Il réclame du temps pour préparer au mieux l’accueil des élèves.

Une cour d'école primaire vide, au moins jusqu'au 11 mai
Une cour d'école primaire vide, au moins jusqu'au 11 mai © Radio France - Sylvie Duchesne

C'est un casse-tête auquel réfléchissent tous les enseignants et directeurs d'écoles : comment retourner à l'école le 11 mai dans les meilleurs conditions, aussi bien pour eux que pour leurs élèves. 

Protocole de sécurité

Et les annonces d'Edouard Philippe mardi à l'Assemblée Nationale n'ont visiblement pas permis de dissiper les inquiétudes déjà exprimées depuis plusieurs jours par les organisations syndicales. "On ne transige pas sur les garanties de sécurité" assène Philippe Noller, représentant en Lorraine de la FSU. Celui qui est également enseignant et directeur d'école à la Côte des Roses à Thionville réclame un véritable protocole de sécurité : deux masques par personnes, du gel hydroalcollique en quantités suffisantes, le nettoyage et la déseinfection des locaux...

"Réouverture précipitée"

Mais Philippe Noller s'interroge également sur la mise en oeuvre des mesures de distanciation, avec 15 élèves par classes comme l'a indiqué le Premier ministre. "Comment faire quand les locaux sont exigus, dans les cours, pendant les repas, les transports ? On doit s'appuyer sur les collectivités" explique-t-il, en, regrettant encore des disparités parmi les territoires. L'enseignant estime qu'il faut au moins une semaine pour mettre en place ce protocole. Les directives du ministère étant attendues pour le 5 mai, il estime que "la date du 11 mai précipitée."  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess