Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : des enseignants en Haute-Loire s'inquiètent du manque de qualité de certains masques

Les cours vont commencer à reprendre ce mardi 12 mai mais il y a une polémique en Haute-Loire sur les masques dans les écoles. Une professeure s'est indignée du manque de qualité de certains masques fournis par l'Education Nationale et en a pris une photo relayée par les syndicats.

Pour la rentrée des classes, l'Education Nationale a fourni des masques aux professeurs mais une enseignante en Haute-Loire a signalé le manque de qualité de certains masques.
Pour la rentrée des classes, l'Education Nationale a fourni des masques aux professeurs mais une enseignante en Haute-Loire a signalé le manque de qualité de certains masques. © Maxppp - Alexandre Marchi

Les masques fournis par l'Education Nationale protègent-ils suffisamment les enseignants ? En Haute-Loire, une enseignante en doute, elle a fait une photo des masques reçus et en a alerté les syndicats. 

Sur la photo postée sur la page facebook de la CGT education Haute Loire, on voit des masques chirurgicaux avec une mention particulièrement éloquente : " ce produit ne protège pas des contaminations virales ou infectieuses ". Et apparemment, le cas de cette professeure n'est pas isolé en Haute-Loire : il existe des disparités quant à la qualité des masques fournis aux enseignants selon Nicolas Terme, représentant CGT Education en Haute-Loire. 

"Dans le code du travail en cas de pandémie, c'est des FFP2. Or, là, on a des masques de qualité bien moindre !" - Nicolas Terme, représentant CGT Education en Haute-Loire. 

"Quand j'ai eu les retours de collègues enseignants sur les masques dans les écoles, ce sont des masques chirurgicaux jetables qui ne répondent pas à ce qu'on avait demandé et à ce que réclame le code du travail. Dans le code du travail en cas de pandémie, c'est des masques FFP2. Or là, on a des masques de qualité bien moindre qui vont empêcher pour un certain moment la projection de postillons pour celui qui le porte mais qui ne va pas justement protéger le porteur. On s'inquiète des éventuelles problématiques sanitaires qui peuvent apparaître dans les prochaines semaines".

De son côté, la directrice académique des services de l'Education Nationale de Haute-Loire, Marie-Hélène Aubry, se refuse à tout commentaire sur la qualité des masques.  

"Sur les masques, je ne suis ni médecin, ni fabriquant, ni ingénieur sécurité de l'Afnor donc je ne peux rien dire !" - Marie-Hélène Aubry, directrice académique des services de l'Education Nationale de Haute-Loire

"Sur les masques, je ne suis ni médecin, ni fabriquant, ni ingénieur sécurité de l'Afnor donc je ne peux rien dire. Je ne fais aucun commentaire là-dessus étant donné que d'abord, un, nous ne sonnes pas acheteurs, deux, nous recevons des masques et nous les envoyons vers les écoles et trois, il y a un point de vue qui s'exprime et je n'ai pas d'opinions sur ce point de vue en absence d'analyses et d'expertises". 

Refus de commentaire donc mais elle précise que le sujet va être étudié auprès du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du département de Haute-Loire et que "la procédure sera déclinée strictement rigoureusement". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess