Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Déconfinement - En Mayenne, 99 directrices et directeurs d'école au bord du burn-out, leur hiérarchie alertée

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Plusieurs dizaines de chefs d'établissement scolaire sont psychologiquement et physiquement épuisés. Un mal-être dû à la période de confinement et à la réouverture des écoles, périodes pendant lesquelles ils ont assumé, seuls ou presque, avec des moyens limités, de lourdes responsabilités.

dans une classe d'école (illustration)
dans une classe d'école (illustration) © Radio France

C'est sans doute inédit dans le département. 99 directrices et directeurs d'école sont au bord de la rupture, au bord du burn-out, ce qui représente un tiers de la profession en Mayenne, ce n'est pas rien.

Il y a de la maltraitance. - un directeur d'école en Mayenne

Ils ont alerté leur hiérarchie. Stress, fatigue, insomnie, anxiété, ils n'en peuvent plus d'endosser depuis le mois de mars de lourdes responsabilités : le confinement et les devoirs à la maison, la prise de contact permanente avec les familles et les collègues enseignants, la préparation de la réouverture des établissements, le protocole sanitaire à mettre en place.

Ce directeur d'école, qui a bien voulu témoigner pour France Bleu Mayenne, se dit épuisé : "On a énormément de petites choses à faire en plus de notre classe. On ne trouve pas le temps de tout faire ou alors, c'est sur notre temps personnel et c'est vraiment usant. La prise en compte de l'impact psychologique est niée. Ce n'est pas normal que 99 directrices et directeurs signent le même papier, c'est le signe qu'il y a de la maltraitance. On pense qu'un enseignant, qu'un directeur d'école est capable de se sacrifier. Mais c'est faux. Ce n'est qu'une part de notre vie et quand ça piétine sur tout le reste c'est qu'il y a un malaise". 

"Il y a eu des ordres, des contre-ordres, ça a engendré du stress"

Mercredi 20 mai, une réunion à ce sujet avec l'inspection académique s'est déroulée. Elle n'a pas permis d'avancer selon le syndicat SNUDI-FO qui suit de près le dossier. Contactée, l'inspection académique n'a pas souhaité faire de commentaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu