Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement : en Seine-Maritime, le maire des Grandes Ventes ne rouvrira pas l'école

L'école des Grandes Ventes, en Seine-Maritime, ne rouvrira pas ses portes le 11 mai. Le maire du village estime que les conditions sanitaires nécessaires à la reprise ne sont pas réunies. Une décision soutenue par les maires des communes voisines et la majorité des parents d'élèves. Explications.

Le maire des Grandes Ventes en Seine-Maritime a décidé de ne pas rouvrir l'école de sa commune le 11 mai.
Le maire des Grandes Ventes en Seine-Maritime a décidé de ne pas rouvrir l'école de sa commune le 11 mai. © Radio France - Aurélie Lagain

Nicolas Bertrand a pris un arrêté ce mercredi 29 avril. L'école maternelle et primaire de sa commune, qui accueille habituellement un peu moins de 200 élèves, ne rouvrira pas ses portes le 11 mai prochain. Après avoir consulté son équipe municipale, les maires des communes voisines dont les enfants sont scolarisés aux Grandes Ventes et sondé les parents d'élèves, il a décidé qu'il ne mettrait pas le bâtiment qui abrite l'école à disposition de l'éducation Nationale. Un arrêté a été pris dans ce sens. "Nous ne sommes pas contre la réouverture des écoles, mais aux Grandes Ventes, nous considérons que nous n'avons pas toutes les conditions sanitaires requises pour permettre une reprise de l'école le 11 mai" explique le maire de la commune où sont scolarisés un peu moins de 200 élèves du secteur. 

Je ne ferai prendre aucun risque à mes administrés et à mon personnel municipal

Des couloirs étroits, un dortoir exigu, un seul point d'eau pour les maternelles, le maire des Grandes Ventes ne voit pas bien comment accueillir les plus petits dans le respect strict des mesures barrières. Sans compter que la reprise provoquerait des rassemblements de parents d'élèves devant l'école matin et soir. "Moi je ne ferai prendre aucun risque à mes administrés, aucun risque à mon personnel municipal" assure Nicolas Bertrand que se dit d'ailleurs assez surpris par les annonces du Premier Ministre. "Il me semble que l'on peut faire comprendre et respecter davantage les mesures barrières à des adolescents qu'à des petits de trois ou quatre ans" estime l'édile. Dans un contexte sanitaire encore tendu, le reprise de l'école lui semble prématurée. "Tous les efforts qu'on aura fait pendant près de deux mois seront anéantis" prédit Nicolas Bertrand. 

Un service d'accueil minimum en projet

Enfin, le maire des Grandes Ventes est assez sceptique sur l'intérêt pédagogique de la reprise à six semaines des grandes vacances. "Et encore", précise Nicolas Bertrand, "avec les ponts de mai, l'école un jour sur deux si l'on veut réduire les effectifs présents sur place, les élèves n'auront au mieux que dix à quinze jours d'école d'ici les vacances". Le jeu n'en vaut pas la chandelle selon lui.

Mais il y a évidemment la question économique. Il faut que les parents puissent retourner travailler. Alors la municipalité réfléchit cette semaine à la mise ne place d'un service d'accueil minimum pour les parents qui travaillent et qui n'ont pas de solution.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu