Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : impossible d'accueillir tous les élèves le 2 juin pour plusieurs maires ligériens

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

"Toutes les écoles vont rouvrir le 2 juin." C'est la promesse du ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer mais sur le terrain, c'est une autre histoire. Dans la Loire, plusieurs maires estiment avoir besoin de quelques jours de plus pour mettre en pratique.

Image d'illustration
Image d'illustration © Radio France - Jérôme Ostermann

La phase deux du déconfinement, c'est la réouverture annoncée de toutes les écoles pour tous les élèves dès le 2 juin pour le ministère de l'Education nationale. Mais ça, c'est la théorie. En pratique, plusieurs maires de la Loire estiment que cette rentrée est impossible à mettre en oeuvre dans un délai d'à peine cinq jours

À Saint-Etienne, Montbrison et Roanne, la rentrée est reportée au jeudi 4 juin. Saint-Chamond et Villars la repoussent même jusqu'au lundi 8 juin. 

Le défi : accueillir tous les élèves mais par groupe de 15 maximum. Pour l'inspection académique de la Loire, la solution du casse-tête réside dans des emplois du temps méticuleusement établis, sur la base d'une alternance entre présence en cours et participation aux "2S2C", Sport - Santé - Culture - Civisme, des activités voulues par le gouvernement pour permettre de décharger les classes.

La rentrée oui, mais pas pour tous les élèves

Il y a un point sur lesquels les mairies tombent presque toutes d'accord : il sera pratiquement impossible d'accueillir absolument tous les élèves en respectant le protocole sanitaire. Il y aura donc des enfants prioritaires. 

À Montbrison, seuls les enfants dont les parents travaillent et "ceux qui en ont le plus besoin" retourneront en classe

À Montbrison, "nous faisons le choix d'accueillir ceux qui en ont le plus besoin et ceux dont les parents doivent retourner travailler" assume le maire Christophe Bazile. Les parents devront prouver qu'ils travaillent et les enseignants décider des enfants qui doivent impérativement retourner en classe. La municipalité mettra à disposition des personnes diplômées pour encadrer les activités sportives et culturelles. 

Les élèves de petite et moyenne section à Saint-Etienne ne seront accueillis que si leurs parents travaillent

À Saint-Etienne, l'adjoint en charge de l'éducation Samy Kéfi-Jérôme explique que la ville a fait le choix de ne pas accueillir tous les élèves de petite et moyenne section "pour qui les gestes barrières sont difficiles à appliquer." Seuls ceux dont les parents travaillent pourront revenir en classe, mais dans sept établissements ciblés : Berkeley, la Jomayère, Beaulieu, Tarentaize la Chaléassière, Terrenoire Janon, Gaspard Monge et Saint-Victor-sur-Loire. Cela permet à la ville de ne pas rouvrir toutes ces écoles maternelles et d'avoir ainsi assez d'agents pour appliquer le protocole sanitaire, notamment en matière de désinfection des locaux. Les élèves de grandes sections continueront à être accueillis dans les écoles élémentaires.

La mairie attend le retour des questionnaires envoyés par les directions des écoles aux parents pour affiner les effectifs. Depuis le 11 mai, 1850 élèves 12.700 (dans le public) sont retournés en classe. Avec le retour des CE1, CE2 et CM1, plus de 2000 élèves supplémentaires devraient arriver début juin selon les premiers sondages de la mairie. Les écoles sont en capacité de les accueillir, mais s'il devait y avoir "trop" d'élèves et que le protocole sanitaire ne pouvait être respectés, il faudra là aussi prioriser : seuls les élèves identifiés comme "décrocheurs" par leurs enseignants ainsi que ceux dont les parents retournent travailler reviendraient en classe. 

Trouver des mètres carrés

Pour le maire de Villars, l'un des principaux défis réside dans le faire de trouver des mètres carrés pour les 800 élèves car il s'attend à "un retour de 90% des effectifs." Pour assurer les activités sportives et culturelles, les gymnases et les salles polyvalentes pourraient être utilisés. Cette option est aussi envisagée à Montbrison, qui compte plus de 1200 élèves. 

À Saint-Etienne, la mairie envisage cette possibilité mais est en discussion avec les centres sociaux et les amicales laïques, qui devraient être mobilisés dans le cadre de ces "2S2C". 

Différentes options pour la cantine et le périscolaire

Le passage à la cantine constitue aussi un défi en matière de respect du protocole sanitaire. À Villars, cela doit faire partie des sujets de discussions des réunions prévues dans les jours qui viennent. Pour la semaine du 2 au 5 juin, il n'y aura pas de garderie périscolaire

Pour les élèves stéphanois, la mairie opte pour des plateaux repas individuels servis sur place. Cela évite les déplacements des élèves qui n'ont pas de restauration au sein de leur établissement. Ce repas sera facturé 50% du prix habituel. Quant au périscolaire, il fonctionnera le matin et le soir. 

À Roanne, le maire Yves Nicolin assure qu'il n'y a pas de difficulté pour les cantines. Les élèves qui doivent se rendre de leur classe à la cantine peuvent le faire à pied "en respectant les gestes barrières."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu