Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : ce qui attend les écoliers et leurs parents

-
Par , France Bleu

L'école doit reprendre ce lundi 11 mai dans de nombreuses communes. Les collèges situés en zone verte pourront rouvrir à partir du 18 mai. Un protocole sanitaire a été décidé mais de nombreuses questions subsistent. France Bleu fait le point.

L'école doit reprendre dans de nombreuses communes ce lundi 11 mai 2020 (photo d'illustration).
L'école doit reprendre dans de nombreuses communes ce lundi 11 mai 2020 (photo d'illustration). © Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN/Matthieu de Martignac

Une rentrée au compte-goutte et en ordre dispersé. Des milliers d'élèves doivent reprendre le chemin de l'école ce lundi 11 mai. Des mesures sanitaires ont été prises, mais cette rentrée orchestrée par les communes se fait sur la base du volontariat pour les familles. Pour des raisons médicales ou privées, un certain nombre d'enseignants devraient aussi continuer de faire la classe "à distance". Voici ce que l'on sait.

Un peu plus d'un million d'élèves attendus dans les classes

"La semaine prochaine nous aurons un peu plus d'un million d'élèves qui reviendront dans leurs classes et il y aura pour les accueillir environ 130.000 professeurs", a déclaré jeudi le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer. Soit environ 15% des élèves et 34% des enseignants du primaire.

Une rentrée étalée

Dans plusieurs villes, la rentrée officiellement fixée au 11 mai devrait s'étaler sur plusieurs jours, le respect du protocole sanitaire défini par le gouvernement nécessitant notamment de désinfecter les établissements. Paris a ainsi prévenu que ses écoles ne rouvriraient que le jeudi 14 mai et qu'elles n'accueilleraient dans un premier temps qu'un public prioritaire (enfants de certaines professions, élèves défavorisés...), soit environ 15% des élèves parisiens. En Île-de-France, classée "rouge" sur la carte du coronavirus, les maires de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et Pantin (Seine-Saint-Denis), ont décidé de repousser le retour en classe au 18 mai. 

A Lyon, seuls les élèves de grande section de maternelle, CP et CM2 pourront dans un premier temps rejoindre jeudi prochain les bancs de l'école. Opposé à la réouverture des écoles, le maire PS de Strasbourg Roland Ries a également pris la décision de rouvrir les classes le 14 mai pour les CM2, l'accueil des CP étant envisagé "quelques jours plus tard", "une fois les fonctionnements et habitudes bien établis". Les autres niveaux seront ensuite accueillis "progressivement". Quant aux écoles maternelles, elles resteront fermées jusqu'à la rentrée de septembre. A Toulouse, le recteur d'académie Benoît Delaunay a indiqué que "dans la grande majorité des cas, les écoles rouvriront" la semaine prochaine.

Les collèges situés en zone verte pourront rouvrir à partir du 18 mai. On ne sait pas encore quand pourront rouvrir les collèges et lycées situés en zone rouge.

Un protocole sanitaire strict

Largement inspiré des préconisations du conseil scientifique, un protocole sanitaire pour le retour des enfants et des enseignants à l'école a été validé le 3 mai. Les parents sont notamment invités à prendre la température de leur enfant. Les salles de classe doivent être organisées de manière à respecter une distance d'au moins un mètre entre les tables et entre les tables et le bureau du professeur, soit environ 4m² par élève. 10 enfants maximum pourront être accueillis en maternelle, 15 en élémentaire et au collège. Les élèves dont les deux parents sont soignants, en situation de handicap ou considérés en décrochage scolaire sont prioritaires.

Pour les personnels, les autorités sanitaires recommandent le port du masque anti-projection, également appelé masque "grand public". Le ministère de l'Education mettra à disposition de ses agents en contact direct avec les élèves deux masques par jour.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des situations diverses

En fonction de leurs moyens et de la taille des établissements, les directeurs pourront moduler l'emploi du temps des élèves : un jour sur deux, deux jours consécutifs sur quatre ou encore une semaine sur deux. Certains peuvent aussi décider de maintenir un enseignement à distance, dans les collèges notamment. 

Ce "scénario mixte" pourrait être reconduit en septembre en fonction de l'évolution de l'épidémie a  prévenu le ministre de l'Education sur France Inter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Et si je ne renvoie pas mes enfants à l'école ?

Les parents qui ne souhaitent pas envoyer leurs enfants à l'école pourront continuer de bénéficier du chômage partiel au mois de mai a confirmé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le 6 mai. "Les écoles vont rouvrir progressivement, et pour que les parents soient sereins, au mois de mai, si un parent déclare qu'il ne peut pas reprendre son travail parce que l'école n'est pas rouverte, ou pas rouverte tous les jours, ou qu'il ne souhaite pas mettre son enfant à l'école, il pourra continuer à bénéficier du chômage partiel", a-t-elle précisé.

Un point sera fait avec le Premier ministre pour le mois de juin, a-t-elle indiqué. "Pour la rentrée, il n'y a pas d'inquiétude à avoir, pas de stress pour les parents, ils ont le choix de repartir au travail ou pas dans cette période où on va un peu jongler sur l'organisation familiale, on en est bien conscient".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess