Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : les directeurs des collèges et lycées sceptiques après les annonces du Premier ministre

Une réouverture progressive des écoles, collèges et lycées, le port du masque obligatoire pour les collégiens, des classes avec des effectifs réduits. Le Premier ministre a donné des consignes mais les directeurs d'établissements se posent encore beaucoup de questions.

Images d'illustration. Pas plus de 15 élèves par classe et le port du masque obligatoire. Deux consignes qui seront difficiles à mettre en place selon certains directeurs d'établissements
Images d'illustration. Pas plus de 15 élèves par classe et le port du masque obligatoire. Deux consignes qui seront difficiles à mettre en place selon certains directeurs d'établissements © Radio France - Clémentine Sabrié

C'était l'un des points les plus attendus de l'intervention du Premier ministre : la réouverture des écoles. Elle sera progressive. Dès le 11 mai pour la maternelle et la primaire dans toute la France, dès le 18 mai pour les collèges dans les départements les moins touchés par le virus. Pour la réouverture des lycées, une décision sera prise fin mai. Quels que soient les établissements, il n' y aura pas plus de 15 élèves par classe pour respecter la distanciation sociale et éviter la propagation du virus.

Une décision pas simple à appliquer selon Gwénaël Surel, représentant régional du syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale : "Le calcul est très simple. Si l'on respecte les consignes de distanciation cela veut dire qu'un élève ou son professeur a besoin d'un espace de 4 m². Il faudrait donc des classes de 60m². Cette distanciation sociale est impossible à mettre en place dans la plupart des classes. Nous préconisons plutôt des cours avec 7 ou 8 élèves par classe pour que les conditions nécessaires de sécurité soient respectées".

Comment choisir les élèves qui iront en classe et ceux qui resteront à la maison ?

Oui mais alors quels élèves iront à l'école et quels sont ceux qui resteront à la maison ? "La question du choix va être essentielle, estime Gwénaël Surel. Est-ce que nous privilégions les élèves qui sont en difficulté et qui doivent rattraper des compétences qu'ils n'ont pas acquises lors des deux premiers trimestres ? Ou est-ce que l'on privilégie certaines disciplines ? Chaque établissement devra faire un choix". 

Pas plus de 15 élèves par classe, une consigne difficile à respecter estime Gwénaël Surel, représentant régional du syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale

Cours à distance et cours en classe 

La difficulté pour les enseignants sera d'assurer des cours à la fois en classe et à distance pour les élèves qui resteront chez eux reconnait le proviseur du lycée Mandela à Nantes même "s'il faut imaginer qu'avec une reprise progressive, tous les élèves ne reviendront pas à raison de 30 heures par semaines dans l'établissement. Cela veut dire que tous les enseignants ne seront pas présents 18 heures par semaine dans les collèges et lycées. Il y aura une négociation à mener pour savoir comment allier cours à distance et cours en classe. Mais c'est une vraie difficulté pédagogique".  

Le port du masque obligatoire pour les élèves du secondaire

Ce sont les principaux des collèges et les proviseurs des lycées qui devront gérer la distribution des masques. Encore faut-il que les élèves le portent. "Ce sera sans doute plus difficile à appliquer pour les collégiens que les lycéens. Nous sommes là aussi pour les éduquer. Mais aucun personnel de direction et aucun conseiller principal d'éducation ne pourra garantir le zéro défaut". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess