Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement : "entre précipitation et personnalisation", les écoles du Calvados rouvrent

Ce mardi 12 mars, les écoles de Normandie accueille une partie de leurs élèves. Le ministère de l'Education nationale a fixé les classes qui ouvrent le bal de la réouverture des établissements scolaires : GS, CP et CM2. Sauf à Caen où tous les niveaux d'enseignement sont accueillis.

L'école du Puits Picard à Caen accueille ses premiers élèves depuis le confinement
L'école du Puits Picard à Caen accueille ses premiers élèves depuis le confinement © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Précipitation pour certains. Personnalisation pour d'autres. Une partie des scolaires retrouvent leurs enseignants ce mardi matin. Au lendemain du début du déconfinement en France, les écoles rouvrent leurs portes. Sauf celles dont les maires le refusent comme à Giberville dans l'agglomération caennaise. Ce sont d'abord une partie des élèves en maternelle et primaire qui reprennent leur cartable. Le ministère de l'Education national a priorisé le retour des écoliers de grande section, CP et CM2. "Cela représente environ 25% des élèves du public dans le Calvados" explique Mathias Bouvier, le directeur académique du département qui compte en tout 64.000 élèves dans le premier degré.

Des enfants qui découvrent ce matin leurs institutrices et instituteurs masqués. Ces derniers doivent inculquer aux jeunes les bonnes attitudes pour suivre la classe en cette période de crise sanitaire liée au Covid-19. "Les choses ont été anticipées et organisées avec évidement l'ensemble des enseignants et directeurs d'école, tout autant que les collectivités territoriales" affirme Mathias Bouvier.

"Le corps professoral a dû s'adapter très vite, trop vite même" tempère Laurence Guillouard, la secrétaire départementale du syndicat enseignant SNUipp dans le Calvados. "Cette rentrée s'est faite dans la précipitation, avance-t-elle. Le protocole sanitaire est paru le dimanche 3 mai soit un peu plus d'une semaine avant la reprise, une circulaire le mercredi 6 puis des notes ministérielles le jeudi 7... Beaucoup d'instructions arrivent au dernier au moment et sont à appliquer au dernier moment. Il aurait fallu encore quelques jours pour bien préparer cette rentrée."

25% des élèves du public sont en classe

La réouverture des écoles était une priorité d'Emmanuel Macron. Le président de la République insistant notamment sur le creusement des inégalités lié à la privation de l'école notamment dans les quartiers populaires et les campagnes. "Ce n'est pas sûr que ça soit les élèves décrocheurs qui reviennent aujourd'hui, s'interroge Laurence Guillouard. Un collègue directeur à Caen me disait que 25% de ses élèves reviennent alors qu'il est situé en zone d’éducation prioritaire. A contrario dans d'autres écoles, dans des milieux plus favorisés, les élèves vont revenir en plus grand nombre."

Appliquer les gestes barrières : mission impossible ?

Cette question de nombreux parents se la pose. Notamment chez les plus jeunes, on pense évidemment aux élèves de maternelles mais aussi d'élémentaires. "Les 3 - 4 ans auront du mal, imagine la secrétaire départementale du SNUipp dans le Calvados. Respecter un mètre de distance entre eux, ça sera très compliqué pour eux. Il faut imaginer tous les échanges qui se font habituellement dans la classe. Là, on leur demande de ne pas toucher aux objets, de ne pas se les prêter ou les mettre à la bouche. C'est particulièrement difficile."

"Il y aura 10 élèves maximum par classe dans ces niveaux, répond le directeur académique du département. Ce qui permettra de respecter les espacement entre les enfants, le lavage régulier des mains. Cela contribuera aussi à faciliter les flux, à l'entrée et à la sortie des établissements et au sein même des locaux. On doit faire confiance au professionnalisme des enseignants de maternelle. Ils savent déjà faire en s'appuyant sur les expériences réalisées ces dernière semaines lors de l'accueil des enfants des personnels prioritaires."

Toutes les classes rouvertes à Caen

Dans la capitale régionale, le maire (Les Républicains) Joël Bruneau a décidé de rouvrir l'ensemble des classes des écoles primaires. Les écoliers caennais de tous les niveaux d'enseignement peuvent donc aller en classe. "C'est très très mal vécu par les collègues, rapporte Laurence Guillouard. Les préconisations du gouvernement n'y sont pas respectées pour qui cette rentrée doit être progressive. Il avait indiqué  la reprise pour les grande section, CP et CM2. Et ça convient dans beaucoup d’école pour "expérimenter" l'application du protocole sanitaire. À Caen, le fait d'accueillir tous les niveaux multiplie les angoisses et les préoccupations."

Quel risque pour l'apprentissage des notions ?

La "génération confinée" paiera-t-elle les conséquences de la crise sanitaire sur leur apprentissage des notions scolaires ? Loins de l'école pendant deux mois, et d'avantage encore si les parents font le choix de ne pas les remettre en classe, les écoliers risquent-ils d'avoir des lacunes pour l'avenir ? "Non, assure Laurence Guillouard qui enseigne en maternelle dans une école d'Eterville. Il y a cette inquiétude ponctuelle et sans doutes dans certains niveaux charnières, mais sur toute une vie à l'école, ce ne sont que trois ou quatre mois. Ça sera rattrapé. Les collègues vont s'adapter à la rentrée prochaine."

"L'objectif n'est peut-être pas, d'emblée, d'achever les programmes, insiste Mathias Bouvier, le directeur académique du Calvados. On se doit, tout d'abord, d'assurer un bon accueil à ces élèves, de prendre la mesure aussi du travail qui a été conduit ces dernières semaines par les professeurs, à distance, mais aussi avec les parents. Ensuite, à l'appuie des diagnostics opérés, nous verrons quels sont les enseignements personnalisés à assurer auprès de nos élèves."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu