Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : Les écoles resteront fermées à Hayange et Amnéville

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Face au risque sanitaire, les maires d'Hayange et d'Amnéville ont décidé de ne pas rouvrir leurs écoles la semaine prochaine.

Ecole Jacques-Prévert, à St-Jean-de-Braye, près d'Orléans
Ecole Jacques-Prévert, à St-Jean-de-Braye, près d'Orléans © Radio France - Antoine Denéchère

Les écoles d'Hayange et d'Amnéville resteront fermées lundi 11 mai, jour de la pré-rentrée, et n'accueilleront pas les enfants le lendemain. Les deux municipalités en ont décidé ainsi, par peur du risque sanitaire dans un département classé rouge par le gouvernement. 

C'est quasiment mission impossible

"Nous ne sommes pas prêts pour garantir des règles sanitaires suffisantes" explique le maire d'Hayange Fabien Engelmann. L'élu RN assure qu'il ne s'agit pas d'une décision politique mais bien d'ordre sanitaire et pratique. "On nous refile la patate chaude, on nous met un protocole qui est très compliqué à mettre en place dans un délai aussi court. On a des parents qui travaillent et qui ont besoin de faire garder leurs enfants, mais de remettre dans les treize écoles pas loin de 1 550 enfants, c'est quasiment mission impossible ! Je pense qu'il faut attendre tranquillement la rentrée de septembre. On me dit que je repousse le problème, mais on se laisse un laps de temps supplémentaire pour bien organiser les choses et ne pas aller à la va-vite comme le fait le gouvernement."

Jessica, mère d'une petite fille scolarisée à l'école maternelle des Chardonnerets, comprend cette décision. "Je n'ai pas envie de jouer à la roulette avec la santé de ma fille. On sait trop peu de choses sur ce virus. Il reste six semaines de cours, je ne vois pas l'intérêt. Je lui fais l'école à la maison, ça se passe bien et en plus c'aurait été une semaine sur deux à l'école, donc trois semaines de cours seulement...c'est dérisoire." Stéphanie, mère d'un petit Carel, est du même avis. "On prend nos précautions, d'autant qu'il y a cette maladie - en lien ou pas ? - de Kawasaki qui se manifeste. Et puis on ne veut pas que notre enfant nous transmette le virus."

Le maire d'Amnéville, Éric Munier (DVD), a pris la même décision et invite les familles en difficultés pour la garde d'enfants "à se rapprocher du service enfant de la mairie". Rappelons que l'ouverture des écoles en zone rouge n'est pas obligatoire si un maire n'a pas la capacité sanitaire d'ouvrir ses écoles, selon le ministère de l'Éducation nationale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess