Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : une ouverture des écoles peu probable le 11 mai dans le Grand Est

Les écoles ne devraient pas rouvrir le 11 mai dans le Grand Est. C'est le scénario d'une reprise progressive des cours qui est privilégiée par le ministre de l'éducation nationale selon Bruno Studer, député bas-rhinois et président de la commission des affaires culturelles à l'Assemblée Nationale.

Il est peu probable que l'école reprenne le 11 mai en Alsace.
Il est peu probable que l'école reprenne le 11 mai en Alsace. © Maxppp - Joël PHILIPPON

Les élèves d'Alsace, de Lorraine et de Champagne-Ardenne ne devraient pas reprendre le chemin de l'école dès le 11 mai. "C'est clairement une hypothèse qui est sur la table pour le Grand Est", rapporte sur France Bleu le président de la commission des affaires culturelles, le député bas-rhinois Bruno Studer, au lendemain d'un rendez-vous de la commission en question avec le ministre de l'éducation sur les scénarios étudiés pour une reprise des cours. "Même à l'intérieur de la grande région, certains départements, certains territoires sont plus touchés que d'autres. Tout cela reste à préciser. Est-ce que dans le Grand Est, la situation fait qu'il faudra attendre un petit peu ? Ça n'est pas impossible. Il n'y aura pas de priorité à l'économie faite sur les questions sanitaire."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Plus globalement, en France, un retour à l'école progressif, sur trois semaines est envisagé, selon les niveaux scolaires. C'est une bonne chose selon le député bas-rhinois. "Ca va dans le bon sens, c'est d'ailleurs ce qu'ont fait les premiers pays qui ont rouvert des écoles." 

Si les conditions sanitaires ne sont pas remplies, on ne rouvre pas, ni les écoles, ni les cantines."

Les grandes sections de maternelle, les CP, et les CM2 pourraient rentrer en premier, ce qui peut sembler étrange puisque les plus jeunes risquent d'avoir plus de mal à respecter les gestes barrières. "J'ai posé la question au ministre", explique Bruno Studer, "différentes études scientifiques montrent que la circulation du virus est beaucoup moins importante chez les plus jeunes. Il y a aussi cette volonté d'accueillir les enfants qui ont le plus besoin de revenir à l'école. On sait que les violences intra familiales touchent le plus les plus jeunes, et qu'ils ont plus de mal à supporter le confinement."

Bruno Studer, député bas-rhinois la République en marche en direct sur France Bleu le 22 avril sur les réouverture des écoles.

Concrètement, un seuil maximal de 15 enfants par classe a été fixé, mais ça dépendra aussi de la taille des salles de classe souligne le député bas-rhinois qui ajoute, "un grand travail sera fait en local avec l'ensemble de la communauté éducative, éducation nationale et collectivités. Si les conditions sanitaires ne sont pas remplies, on ne rouvre pas, ni les écoles, ni les cantines." Selon Bruno Studer, une rentrée très progressive devrait permettre de rassurer aussi bien les parents que les enseignants qui ont des craintes sur la propagation du virus.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Déconfinement à partir du 11 mai, ce que l'on sait
Déconfinement à partir du 11 mai, ce que l'on sait © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess