Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Dernières courses pour la rentrée scolaire

dimanche 3 septembre 2017 à 8:47 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique

A la veille de la rentrée des classes, certaines familles se pressent encore dans les grandes surfaces pour acheter les dernières fournitures scolaires. Et il n'est pas toujours facile de s'y retrouver dans les listes dressées par les professeurs...

Clara, son père et un ami ex-enseignant épluchent la liste de fournitures scolaires
Clara, son père et un ami ex-enseignant épluchent la liste de fournitures scolaires © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Rennes, France

Ce samedi, quelques parents errent dans le rayon papeterie d'une grande surface au sud de Rennes. Tous ont une voire plusieurs feuilles dans la main, un stylo dans l'autre, et surtout un regard un peu perdu face aux dizaines de cahiers étalés devant eux. C'est le cas de Jacques, qui doit gérer la rentrée de ses quatre enfants à la dernière minute :

On court après le temps ! Si on ne finit pas aujourd'hui... Peut-être lundi matin ? Les enfants iront à l'école et je vais courir derrière pour déposer les affaires !

Chaque professeur a des exigences différentes : entre les cahiers de 48 pages avec petits carreaux, et ceux de 96 pages à grands carreaux, Jacques ne s'y retrouve plus. Impossible par exemple de trouver le bon format pour le cahier de français de sa fille Clara, qui a 14 ans. Cela fait vingt minutes qu'il parcourt le rayon du regard, vérifiant chaque étiquette, en vain.

Un budget serré

Si Jacques a fait ses courses au dernier moment, c'est car il attendait un versement de la CAF, suite à un arrêt maladie cet été, sans lequel il ne pouvait pas acheter les fournitures scolaires de ses enfants. Virginie de son côté a étalé ses achats tout au long de l'été pour éviter de déséquilibrer son budget. La tâche la plus difficile, c'est peut-être de canaliser les envies de sa fille Cassandra, qui entre en CM2 : "au niveau des crayons, ma fille choisit les marques. Pour les cahiers, on prend les sous-marques, mais souvent elle regarde pour essayer de prendre ce qu'elle veut !" explique sa mère, qui ne cède pas...

Clara note petit à petit le prix de chaque cahier sur sa liste de fournitures - Radio France
Clara note petit à petit le prix de chaque cahier sur sa liste de fournitures © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait Morgane

Des étiquetages aléatoires

Un peu plus loin, Laure est en train de choisir des bâtons de colle et une équerre avec son fils Kylian, qui entre en classe de CP... Problème : entre les prix affichés sur les étiquettes et celui qu'indique la scanette, il y a systématiquement une différence. Certains produits sont plus chers qu'annoncés, d'autres moins... Pas facile de gérer son budget et de faire les courses rapidement lorsqu'il faut tout vérifier à deux reprises... Pour Laure, il faudra donc choisir les fournitures scolaires "au feeling !".

Les retardataires se pressent pour acheter les dernières fournitures scolaires