Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Des collégiens de Joigny en finale du concours scientifique CGénial

-
Par , France Bleu Auxerre

Le collège Marie Noel de Joigny défend les couleurs de l'académie de Dijon ce weekend pour le concours scientifique « CGenial ». Les collégiens présenteront un projet qui consiste à rendre visible les ondes sonores.

Ces élèves du collège Marie Noël de Joigny et leurs deux professeurs présentent au concours scientifique "CGénial" à Paris, un projet qui consiste à rendre visible les ondes sonores.
Ces élèves du collège Marie Noël de Joigny et leurs deux professeurs présentent au concours scientifique "CGénial" à Paris, un projet qui consiste à rendre visible les ondes sonores. © Radio France - Thierry Boulant

Joigny, France

Douze élèves de troisième du collège Marie Noël à Joigny prennent la route pour Paris ce weekend avec deux de leurs professeurs. Ils participent samedi à la finale du concours "CGénial". Ils devront présenter leur projet scientifique et convaincre le jury. Un projet baptisé "waves" qui consiste à rendre visible les ondes sonores.

Une année scolaire de travail

Avec les vibrations de ces ondes, on fait danser sur le mur un rayon laser, s'agiter en rythme de la poudre, ou on crée un ballet synchronisé de vaguelette d'eau. Il y a un côté magique dans tout ça qui plait à Jeanne, 14 ans « mettre de la musique et de la physique, c'est quelque chose qui me plait" explique t-elle. 

Pendant toute l’année scolaire, elle s'est retrouvée chaque semaine entre midi et deux avec ses onze camarades pour mettre au point ce projet, sans jamais traîner les pieds : « c’est du travail mais on prend du plaisir à le faire », raconte-t-elle, « on acquiert de nouvelles connaissances et ça nous donne envie d’aller plus loin ».

Jeanne dessine des vaguelettes dans un bol d'eau coloré en envoyant des fréquences grâce à une enceinte. - Radio France
Jeanne dessine des vaguelettes dans un bol d'eau coloré en envoyant des fréquences grâce à une enceinte. © Radio France - Thierry Boulant

Nous sommes davantage des coachs que des profs (François Thomas. Prof de physique)

Cet atelier, très ludique leur a apporté une expérience supplémentaire, qui n'est pas négligeable estime Estelle Maizières, enseignante de physique-chimie  : « _Ils découvrent des choses qu’on ne voit normalement pas au collèg_e et ça leur montre que même à leur niveau en prenant les choses simplement on arrive à comprendre des choses compliquées ». 

François Thomas, prof de physique lui aussi, dirige avec elle ces travaux. Il avoue que cette formule de travail pendant le temps périscolaire lui permet d’aborder son rôle d'enseignant différemment : « on a plus du tout la même relation qu’en classe où il y a une barrière prof/élèves » se réjouit-il « là , on est plus dans une équipe . Avec ma collègue, on se considère davantage comme des coachs et on a une relation presque amicale avec les élèves."

Pour cette finale, les coachs comme les élèves auront le même trac. Trois des douze collégiens présenteront oralement le projet au jury, samedi après-midi à la cité des sciences. 32 collèges sont en lice.