Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Des correcteurs du baccalauréat en grève, plus de 120.000 copies retenues selon un collectif d'enseignants

-
Par , France Bleu

Certains correcteurs du baccalauréat ont décidé de se mettre en grève et de ne pas transmettre les notes des élèves ce mardi midi comme cela était prévu. Ils se mobilisent contre la réforme du bac, et réclament de meilleures conditions de travail.

Les professeurs avaient manifesté lors du premier jour du bac.
Les professeurs avaient manifesté lors du premier jour du bac. © AFP - Hermann Click

Normalement, les notes obtenues pas les bacheliers doivent être transmises aux différentes académies, au plus tard, ce mardi midi. Cependant, "environ 110.000 copies sur près de quatre millions" seraient retenues par les correcteurs selon la secrétaire générale et porte-parole du SNES-FSU, Frédérique Rolet. 

Les professeurs grévistes dénoncent la réforme du baccalauréat et espèrent obtenir des meilleures conditions de travail. Officiellement, les 743.000 élèves qui ont passé les épreuves devraient savoir ce vendredi s'ils ont le bac ou non. 

Plus de 120.000 copies retenues

Dans plusieurs académies, des groupes d'enseignants ont voté lors d'assemblés générales la rétention des notes. L'objectif annoncé par cette grève est de pouvoir rouvrir des négociations avec le ministre sur la réforme des lycées et du bac. Ils ne veulent notamment pas que le bac perde son caractère national pour devenir local.

Selon le collectif "Bloquons Blanquer", au moins 122.000 copies sont retenues. "On ne comptait pas en arriver là mais c'est une dernière action, un peu désespérée, pour nous faire entendre" explique une professeure de philosophie de l'académie de Versailles.

Ils sont soutenus par le principal syndicat étudiant, le SNES-FSU  : "On soutient toutes les formes d'action qu'ont décidées les collègues dans les assemblées générales face à un ministre dont on voit qu'il pratique l'autoritarisme et qui considère que ce ne sont que quelques personnes qui contestent ses réformes", a expliqué Frédérque Rolet, secrétaire générale du syndicat sur franceinfo ce mardi matin. Certains professeurs avaient déjà décidé de ne pas surveiller les épreuves du bac. 

Les résultats de vendredi perturbés ?

Les enseignants estiment que les résultats de vendredi pourraient être perturbés : "'Il suffit qu'un élève n'ait pas sa note de philo, d'histoire-géographie ou sciences, parce que ce sont dans ces disciplines que les correcteurs sont les plus mobilisés, pour qu'on ne puisse pas faire le total et donc on ne peut pas savoir s'il a le bac", a affirmé Frédérique Rolet. 

Ils ne pensent cependant pas que cela pénalise les élèves, dont les successeurs seront impactés par ces réformes. 

"Chacun aura ses résultats en temps et en heure"

Jean-Michel Blanquer s'est voulu rassurant ce lundi en expliquant que tout le monde aura ses résultats ce vendredi : "Oui, chacun aura ses résultats en temps et en heure, personne ne doit prendre la responsabilité d'empêcher le bon fonctionnement du service public", a t-il assuré lors d'une conférence de presse. Il estime que "l'immense majorité des professeurs de France ont une très grande conscience professionnelle" et reste persuadé qu'aucun retard ne sera à déplorer. 

S'il a montré de l'assurance, il a n'a pas hésité à menacer les professeurs grévistes : "Si une note n'est pas rentrée, le correcteur va être contacté pour un rappel à l'ordre", explique t-il avant de souligner "qu'il lui sera aussi expliqué qu'il sera considéré comme gréviste, non pas seulement le jour-même, mais à partir du moment où il a retiré ses copies, ce qui peut représenter jusqu'à 15 jours sans salaire dans certains cas".

Il a aussi évoqué que si les copies n'étaient pas restituées ce jeudi, les professeurs s'exposeraient à des sanctions très graves.