Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

EN IMAGES - Des écoliers rémois envoient des ballons dans les airs pour faire une expérience

lundi 2 juillet 2018 à 19:58 Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne

Accompagnés de chercheurs de l'Université de Reims, des élèves de l'école Anquetil de Reims ont participé à un lâcher de ballons équipés de capteurs pour notamment mesurer les gaz à effet de serre. Les enfants ont eux-mêmes conçu l'une des nacelles attachées aux ballons.

Deux classes de l'école Anquetil de Reims ont participé à cette expérience
Deux classes de l'école Anquetil de Reims ont participé à cette expérience © Radio France - Aurélie Jacquand

Reims, France

5, 4, 3, 2, 1, 0... Lilian Joly, chercheur au CNRS et membre du GSMA (Groupe de Spectrométrie Moléculaire et Atmosphérique) de l'Université de Reims, lâche l'énorme ballon gonflé à l'hélium. En quelques secondes, il n'est déjà plus qu'un point dans le ciel : "On le voit déjà presque plus !" s'exclame l'un des élèves de l'école Anquetil de Reims. Deux classes de cette école participent à l'expérience dont le but est de donner le goût des sciences aux enfants et d'éveiller leur curiosité

Le ballon atteindra 30km d'altitude - Radio France
Le ballon atteindra 30km d'altitude © Radio France - Stéphane Maggiolini

En amont de ce lâcher de ballons, il a fallu concevoir les nacelles qui allaient y être accrochées. "Ce sont des boîtes en polystyrène", explique Lilian Joly, "L'une avec nos capteurs, l'autre avec ce que les enfants ont imaginé". Avec lui, ces dernières semaines ils se sont interrogés sur la température qu'il fait dans les nuages, sur le taux d'humidité que l'on trouve dans le ciel par rapport à la surface de la Terre...etc. "Ils se sont posés des questions et ont cherché les moyens d'y répondre", dit Lilian Joly.

Ainsi, les écoliers ont choisi de placer une bouteille d'eau dans leur nacelle, "pour voir si elle gèle", précise Paul-Loup, mais aussi une paille reliée à un crayon de papier. "On a fait un trou dans la boîte pour que l'humidité rentre. Quand elle va rentrer elle va mouiller le papier au bout de la paille, ça va faire du poids et le crayon de papier va bouger et tracer un trait sur la boîte", explique Noé, 7 ans.

Les enfants ont eux-mêmes conçu la nacelle qui sera accrochée au ballon - Radio France
Les enfants ont eux-mêmes conçu la nacelle qui sera accrochée au ballon © Radio France - Aurélie Jacquand
A gauche la nacelle des élèves, à droite celle des scientifiques - Radio France
A gauche la nacelle des élèves, à droite celle des scientifiques © Radio France - Aurélie Jacquand

Le ballon est le seul moyen pour les scientifiques d'analyser ce qui se passe à 30km d'altitude : "C'est bien au-dessus des avions", souligne Lilian Joly, chercheur au CNRS et membre du GSMA de Reims. Une fois à cette altitude, le ballon éclatera et tombera au sol. Les scientifiques n'auront plus qu'à le retrouver grâce à une balise GPS. "On a aussi installé une caméra dans la nacelle pour que les enfants puissent voir tout ce que le ballon a "vu". Certains m'ont demandé si la Terre était vraiment ronde, ça permettra de vérifier", sourit Lilian Joly, qui espère que cette expérience aura suscité des vocations chez les enfants.

Reportage avec les enfants de l'école Anquetil de Reims

Pendant de longues minutes, Lilian Joly et ses collègues du GSMA gonfle les ballons à l'hélium - Radio France
Pendant de longues minutes, Lilian Joly et ses collègues du GSMA gonfle les ballons à l'hélium © Radio France - Aurélie Jacquand