Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Des étudiants franciliens en BTS et positifs au Covid-19 "forcés" de passer leurs examens

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Des étudiants franciliens positifs au Covid-19 se sont rendus à la Maison des examens d'Arcueil vendredi 2 avril, pour passer leur examen d'anglais de BTS. En cas d'absence, ils auraient récolté un 0 sur 20 à cette épreuve. Désemparés et très énervés, ils réclament le contrôle continu.

Les candidats attendent de rentrer dans leur salle d'examen vendredi 2 avril
Les candidats attendent de rentrer dans leur salle d'examen vendredi 2 avril - Amandine

Avoir 0/20 lors de la première épreuve de leur examen final de Brevet de Technicien Supérieur (BTS), ou se rendre à l'examen et risquer de contaminer les autres candidats. C'est le dilemme de plusieurs étudiants franciliens depuis vendredi dernier. Certains d'entre eux ont expliqué à France Bleu Paris qu'ils n'avaient pas eu le choix de se rendre à la Maison des examens d'Arcueil (Val-de-Marne), s'ils voulaient avoir une chance valider leur BTS.

Je ne pouvais pas avoir 0/20 à ma première épreuve de BTS !

Levanah apprend par un test antigénique qu'elle est positive au Covid-19, la veille de son examen écrit d'anglais. Elle contacte tout de suite son école. "Ils m'ont expliqué que la Maison des examens disait que si on ne se présentait pas on allait avoir zéro."

Ses parents saisissent le téléphone pour insister auprès de l'école, conscients du risque pris par l'établissement scolaire mais aussi par leur fille. Rien n'y fait, "même si j'avais un justificatif et un mot du médecin disant que j'étais symptomatique."

Le père de Levanah ne veut pas qu'elle y aille, "mais je me suis dit que je ne pouvais pas avoir 0/20 à ma première épreuve de BTS ! Même si c'est coefficient 1", explique l'élève. Elle s'est donc rendue à la Maison des examens d'Arcueil vendredi dernier, avec un masque FFP2 sur le nez, en se retenant de tousser au milieu des candidats. 

De retour chez elle, Levanah apprend par un test PCR qu'elle est finalement négative au coronavirus, malgré une toux persistante. Mais le résultat est le même, elle a pris le risque de passer son examen en croyant être positive.

"Les cas contact de ma classe ont eu la même réponse", confirme une étudiante qui a tenu à garder l'anonymat. Elle a eu les mêmes déboires que sa camarade Levanah, d'abord en tant que cas contact, puis en étant positive au Covid-19. 

Concernant les mesures sanitaires au sein de la Maison des examens d'Arcueil, "elles étaient très faibles devant l’établissement. Beaucoup d'étudiants avaient leurs masques baissés. Une fois à l’intérieur, pas vraiment de contrôle. On devait utiliser notre propre stylo pour la feuille de présence et si on avait le masque sous le nez on nous faisait une réflexion pour le remettre."

Un témoignage confirmé par les nombreuses vidéos qui ont été publiées sur les réseaux sociaux. On y voit des étudiants entassés dans les couloirs, qui attendent de rentrer dans leur salle d'examen.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le SIEC assure avoir appliqué le règlement

Contacté, le Service interacadémique des examens et concours (SIEC) parle d'accusations "infondées". L'organisme public rappelle "qu'il n'oblige absolument pas les candidats à venir passer les épreuves, que l’on soit en situation de COVID ou pas."

Le SIEC souligne qu'il laisse le choix au candidat : "la réglementation générale prévoit que l’absence justifiée pour force majeure entraine un 0/20 (c’est le cas général des maladies) et non une absence qui est éliminatoire."

Pour ce qui est des épreuves passées à la Maison des examens d'Arcueil, un site dédié aux académies de Paris, Créteil et Versailles et géré par le SIEC, ce dernier assure ne pas pouvoir "vérifier si les candidats sont malades ou pas puisque nous n’avons pas de justificatif à demander. Dans tous les cas, tous les candidats sont tenus aux gestes barrières et les protocoles sanitaires sont mis en place."

Lors des épreuves d'anglais, un bureau laissé libre séparait chaque candidat
Lors des épreuves d'anglais, un bureau laissé libre séparait chaque candidat - Amandine

Le SIEC rappelle qu'il n'y a pas de session de remplacement prévu. Il demande aussi à tous les étudiants franciliens de se rendre régulièrement sur son site pour consulter les dernières décisions gouvernementales.

J'en veux au gouvernement

"L'année dernière par exemple, ils avaient prévu des salles dédiées aux COVID+", se souvient Amandine, 34 ans. En reconversion professionnelle, elle en est à sa troisième et dernière année de BTS "Diététique". Elle a choisi d’aller passer l’examen vendredi alors qu’elle était positive au variant anglais du coronavirus, de façon asymptomatique. Aujourd’hui, elle se sent abandonnée et méprisée par les autorités de santé et le ministère de l’Éducation.

Pour Amandine, le SIEC n'est pas le principal responsable. "Moi j'en veux plus au gouvernement qui annonce des confinements qui ne disent pas leur nom, et en même temps on a des aberrations pareil. Je trouve ça très gênant."

Le témoignage d'Amandine, étudiante en BTS "Diététique"

Un problème national

Ce sentiment d'être abandonné par le ministère de l'Éducation et ses instances comme le SIEC ne touche pas que les étudiants franciliens. Un groupe sur Facebook regroupe des élèves de BTS partout en France. Tous demandent la même chose : l'évaluation de leur année scolaire grâce au contrôle continu. Une pétition est aussi en ligne. 

L'avis de Jean-Michel Blanquer

Interrogé par nos confrères de RTL jeudi 1er avril, Jean-Michel Blanquer (à partir de 14'35) n'a pas l'air d'être au courant que des épreuves de BTS ont déjà eu lieu. Mais le ministre de l'Éducation assure que "l'objectif est d'avoir un mélange de contrôle continu et de contrôle terminal. [...] Dans la mesure où on réussit jusqu'au mois de juin à avoir un enseignement le moins perturbé possible par la situation sanitaire, il est bon de maintenir les conditions d'examen prévues."

Jean-Michel Blanquer affirme que le but de l'Éducation nationale n'est pas de faire "rater les gens, mais de les aider à réussir sur des bases réelles et sérieuses", et promet "d'accompagner" les étudiants.

En attendant, Amandine, Levanah et peut-être d'autres étudiants en BTS infectés par le Covid-19, sont convoqués à la Maison d'examen d'Arcueil cette semaine pour passer leur oral d'anglais.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess