Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Des lycéennes de Pézenas renvoyées chez elles car leur short était trop court

jeudi 27 septembre 2018 à 18:41 Par Stefane Pocher, France Bleu Hérault et France Bleu

Plusieurs lycéennes de Pézenas (Hérault) n'ont pas pu se rendre en cours depuis le début de la rentrée scolaire en raison d'une tenue "indécente". Leur short était trop court et aurait pu "perturber" les garçons. Un blocus de l'établissement était envisagé la semaine dernière par les élèves.

SHORT INTERDIT A L' ECOLE  (IMAGE D'ARCHIVE+
SHORT INTERDIT A L' ECOLE (IMAGE D'ARCHIVE+ © Maxppp - PHILIPPE DE POULPIQUET

Pézenas, France

Depuis la rentrée scolaire, plusieurs jeunes filles du lycée Jean-Moulin de Pézenas (Hérault) ont été renvoyées à leur domicile pour se changer, car elles avaient des shorts bien trop courts pour la toute nouvelle proviseure. Des tenues "indécentes" pouvant "déconcentrer" les garçons, d’après leurs dires. Certaines élèves se disent choquées par la méthode. La proviseure, qui est arrivée en début d'année après quatre années passées à Sète, et le rectorat n'ont pas souhaité s'exprimer sur ce dossier. 

À quel moment un short est-il trop court ? Non réglementaire ? La tenue était-elle trop provocante ?

"J'ai été obligé de retourner à l'internat pour me changer" explique cette lycéenne en classe de terminale. "Mon short n'avait rient d'indécent. Je le porte depuis la troisiéme"

Certains professeurs, qui sont venus spontanément vers nous au moment de notre reportage, apportent un soutien au chef d'établissement. "Cette polémique n'a pas lieu d'être, disent-ils. Il n'y a pas de harcèlement contre les jeunes filles". 

Les élèves n'ont pourtant pas le même ressenti.  Ils avaient l'intention d'organiser la semaine dernière un blocus de l'établissement. Ce n'est plus à l'ordre du jour. Vu l'ampleur de cette polémique sur les réseaux sociaux,  la proviseure aurait décidé de faire marche arrière lundi dernier. 

Démenti des enseignants

À la rentrée scolaire, le milliers d’élèves de cet établissement a été reçu, classe par classe, dans l'amphithéâtre par la proviseure et son équipe. L’occasion de rappeler le règlement intérieur, en insistant particulièrement sur les tenues correctes en classe.

"Les vacances sont terminées. Vous avez laissé à la maison vos serviettes de bain et vos sandalettes, il faut en faire autant avec vos shorts."

Des lycéennes choquées 

Pour certains enseignants, il y a une mauvaise interprétation du message. Ce règlement n’est pas nouveau, précise l’un d’entre eux.  L'ancien proviseur Benoît Grellet avait envoyé le 2 mai 2018 un courrier à tous les parents d’élèves en rappelant que chaque élève devait avoir une tenue respectable. 

"L'été n’offrant généralement aucune surprise climatique, la température est inévitablement à la hausse et le règlement intérieur toujours en vigueur. Aussi une tenue correcte et respectueuse des lieux et des personnes sera exigée jusqu'à la fin de l'année. Tongs et autres tenues trop légères rappelant plus la tenue de l'estivant que celle de l'élève seront strictement interdites." 

Courrier envoyé par l'ancien proviseur, à tous les parents d'élève du Lycée Jean Moulin de Pézenas - Radio France
Courrier envoyé par l'ancien proviseur, à tous les parents d'élève du Lycée Jean Moulin de Pézenas © Radio France - Stéfane POCHER

Certains élèves  assurent que cet événement a pris une tournure disproportionnée. "Il y a de la maladresse dans la communication du chef d'établissement, pas une volonté de nuire, explique isabelle, en classe de terminale. Si les explications avaient été plus claires, il n’y aurait pas eu cette polémique."

Les élèves ont besoin d'un cadre bien précis, renchérit Virginie Nougaret, professeure de Lettres et de Théatre. 

Une tenue decente s'impose quand on va travailler par respect pour l'autre explique Virginie Nougaret

D’après nos informations, aucune sanction n’a été prise contre les élèves concernées. 

Entrée du Lycée Jean Moulin de Pézenas - Radio France
Entrée du Lycée Jean Moulin de Pézenas © Radio France - Stéfane Pocher