Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les lycéens du Loiret se mobilisent, plusieurs établissements bloqués à Orléans

vendredi 30 novembre 2018 à 10:41 Par Eric Normand, France Bleu Orléans

Ce vendredi matin, les lycéens sont descendus dans la rue et ont bloqué leurs établissements. Dès 7 h 30, des élèves ont répondu à l'appel à la mobilisation et ont bloqué l'entrée de leurs lycées avec poubelles et barrières de chantier, notamment à Orléans

Blocage devant le lycée Pothier à Orléans
Blocage devant le lycée Pothier à Orléans © Radio France - Anne Oger

Loiret, France

C'est par les réseaux sociaux que se sont organisés les blocages des établissements ce vendredi matin : Jean Zay, Pothier, Benjamin Franklin à Orléans. Le lycée Maurice Genevoix à Ingré était également perturbé par une mobilisation, ainsi que Bernard Palissy à Gien, et Duhamel du Monceau à Pithiviers, où environ 150 jeunes se sont retrouvés vers 9 heures ce vendredi matin, rejoints ensuite par des élèves du lycée Jean de la Taille. Des messages diffusés et échangés via le réseau social Snapchat ou via Instagram ont permis de faire passer le mot d'ordre lancé  la semaine dernière par l'Union Nationale Lycéenne (UNL)

Un bref rassemblement au Parc Pasteur

A Orléans les lycéens ont installé des barricades devant leurs établissements, à Jean Zay il s'agissait de barrages filtrants, les élèves qui le voulaient pouvaient aller en cours. En revanche à Benjamin Franklin les grilles se sont retrouvées totalement bloquées par un amas de poubelles et de barrières de chantier, aucun élève ne pouvait entrer ni sortir de l'établissement dans la matinée, et plusieurs centaines de jeunes se sont massés devant les grilles, surveillés de près par des policiers venus sécuriser la mobilisation. Les élèves se sont ensuite regroupés brièvement au Parc Pasteur, ils étaient plus d'un millier, avant de regagner leurs établissements pour tenir les blocages. Certains élèves du lycée Jacques Monod de Saint Jean de Braye, venus manifester à Orléans, sont ainsi retournés vers leur établissement pour mettre en place un blocage à la mi-journée. 

Rassemblement de lycéens au Parc Pasteur à Orléans - Radio France
Rassemblement de lycéens au Parc Pasteur à Orléans © Radio France - Anne Oger

C'est la réforme du bac qui nous inquiète, les élèves devront savoir ce qu'ils veulent faire comme études de plus en plus tôt

Parmi les raisons de cette mobilisation, on trouve pêle-mêle la réforme du baccalauréat, qui entrera en vigueur pour les élèves de seconde à la rentrée prochaine, et qui selon Naima, élève en terminale au lycée Jean Zay, "obligera chacun à faire un choix de plus en plus tôt sur les matières qu'il veut privilégier". Naima s'est installée dès 7h30 du matin devant son lycée pour expliquer et motiver les autres. "Cette réforme, elle nous inquiète parce que les établissements ne pourront pas proposer toutes les combinaisons de matière, vous n'aura plus la même chance en fonction de votre situation géographique ou sociale"

On est venus à Orléans parce que dans notre lycée, Jacques Monod, ça ne bougeait pas du tout

Un peu plus loin, devant le lycée Benjamin Franklin, Nawfel ne cache pas que lui et ses camarades se sont aussi mobilisés pour soutenir les gilets jaunes, au son de "Macron démission" ! "Oui on est avec eux, parce que nos parents, ils ne peuvent plus payer, même l'essence, alors on est là aussi pour eux". Léo, lui, est venu manifester à Orléans parce que dans son lycée, Jacques Monod à Saint Jean de Braye, "ça ne bougeait pas du tout". Lui pense que beaucoup de ses camarades "ne savent pas pourquoi ils manifestent". Mais il compte bien leur expliquer. "Il y a Parcours Sup, qui est inégalitaire, la réforme du bac, et les suppressions de postes"

De nouveau blocages dès lundi ?

A la mi-journée ce vendredi beaucoup de lycéens sont rentrés chez eux et beaucoup de blocages ont été levés. Mais beaucoup veulent poursuivre le mouvement et bloquer, de nouveau, leurs établissements en début de semaine. Les réseaux sociaux vont de nouveau fonctionner à plein ce week-end.