Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Des parents d'élèves du Coteau dessinent des pendus pour sauver leur groupe scolaire

lundi 8 janvier 2018 à 22:14 Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Saint-Étienne Loire

Pour des raisons de budget, de sécurité et d'effectifs, la mairie du Coteau, dans le Roannais, va fusionner ses deux groupes scolaires en 2019. Certains parents d'élèves font tout pour sauver le leur.

Les parents d'élèves du groupe scolaire des Plaines au Coteau
Les parents d'élèves du groupe scolaire des Plaines au Coteau © Radio France - Jeanne Marie Marco

Le Coteau, France

Les parents d'élèves du groupe scolaire Les Plaines, au Coteau, se mobilisent depuis le mois de décembre. Depuis qu'ils ont appris que leur groupe scolaire fusionnera prochainement avec le deuxième de la commune, le groupe Charles-Gallet situé à 800 mètres, dans le quartier des Étines. Ils veulent garder leur école dans un quartier calme.

Pourquoi la mairie fusionne les écoles?

La mairie du Coteau a pris cette décision pour plusieurs raisons. D'abord, les effectifs baissent depuis des années. Les deux groupes scolaires de la commune accueillent au total près de 300 élèves, soit deux fois moins qu'il y a quelques années. Une partie des bâtiments est donc vide et chère à entretenir.

Le maire du Coteau, Jean-Louis Desbenoit, évoque ensuite un problème de sécurité. L'école des Plaines est en pailleron : une structure en bois et métal qui s'embrase très vite en cas d'incendie. De fait, l'école a besoin à chaque rentrée d'une autorisation des pompiers pour ouvrir.

Enfin, le maire du Coteau ne cache pas l'argument budgétaire. En quelques années sa commune a perdu deux tiers de sa dotation de l'État, entretenir ces deux groupes scolaires devient financièrement compliqué. 

Que veulent les parents d'élèves des Plaines ?

En décembre dernier certains parents d'élèves de l'école des Plaines ont créé l'association "Nos enfants, notre école, notre avenir". Ils ne veulent pas voir disparaître leur groupe scolaire et surtout, ils ne veulent pas envoyer leurs enfants à Charles-Gallet.

Le site est, selon la présidente de l'association Emmanuelle Grimm, beaucoup trop chargé : "le projet se trouve à côté d'un collège, d'un lycée professionnel et d'une crèche. Donc on a calculé, ça fait entre 600 et 800 élèves au même endroit le matin, le soir, le midi. Au niveau de la circulation ça va être super compliqué".

Le calendrier ?

Les travaux doivent commencer au mois de juillet, le nouveau groupe scolaire doit être prêt pour la rentrée 2019. Pendant les travaux, donc durant toute l'année scolaire 2018-2019 les élèves de Charles Gallet iront aux Plaines.

Une réunion publique est annoncée courant janvier par la mairie pour expliquer les travaux et rassurer les parents d'élèves.

Les travaux sont estimés à 3.5 millions d'euros, la mairie espère des subventions de l'Etat et de la Région.