Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Alfortville : des parents masqués pour dénoncer "l'irresponsabilité" du rectorat

mercredi 27 juin 2018 à 11:22 Par Valentin Dunate et Martine Bréson, France Bleu Paris

Des parents d'élèves, en rangs serrés et masqués se sont retrouvés ce mercredi devant l'école élémentaire "Octobre" d'Alfortville (Val-de-Marne). Ils dénonçaient "l'irresponsabilité du rectorat et de l'Education nationale" notamment en matière de mixité sociale.

Des parents d'élèves masqués devant le groupe scolaire d'Alfortville (Val-de-Marne).
Des parents d'élèves masqués devant le groupe scolaire d'Alfortville (Val-de-Marne). © Radio France - Valentin Dunate

Alfortville, France

L'école élémentaire "Octobre" d'Alfortville (Val-de-Marne) est menacée de deux fermetures de classes à la rentrée. Les effectifs devraient  passer de 412 à 400 élèves mais au-delà des chiffres, les parents s'inquiètent de l'avenir de l'école publique, notamment en matière de mixité sociale. Pour dénoncer "l'irresponsabilité du rectorat et de l'Education nationale" des parents d'élèves ont mis un masque et se sont rassemblés ce mercredi devant le groupe scolaire. 

J'ai l'impression que l'institution ne prend pas ses responsabilités" - FCPE Alfortville

Olivier Mitterand co-président de la FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves) dans l'école explique : "Le masque blanc c'est pour montrer aujourd’hui, au niveau de l'inspection, qu'ils ne prennent pas leurs responsabilités. Alors d'une certaine manière, mettre un masque, c'est ne pas mettre son nom en face de ce qu'on fait. J'ai l'impression que l'institution ne prend pas ses responsabilités quand elle prend des décisions comme la fermeture de classes, comme concentrer les enfants, comme ne pas prendre en considération le contexte d'une école. Au final, on ne sent à aucun moment que la question pédagogique, que la question de l'enfant, que la question de la société sur des problèmes de radicalité par exemple, sont pris en considération". 

La mixité sociale est en jeu

Olivier Mitterand a le sentiment qu'on cherche à faire des économies. "Effectivement, on voit que de plus en plus de parents envoient les enfants dans le privé et ça c'est un vrai soucis pour l'école publique et pour la mixité sociale dans une ville comme Alfortville, qui est une ville avec une vraie mixité et où on voit les apports. D'une certaine manière si c'est ça qu'ils veulent tuer, eh bien ils sont en train de le faire"

Les parents dénoncent une logique comptable

Même impression pour Sandrine Jallade co-présidente FCPE dans l'école. Elle estime qu'on est "dans un logique uniquement comptable. C'est uniquement cette logique-là qui nous a amené à sortir du REP (Réseau d'éducation prioritaire) il y a deux ou trois ans et ce pour quoi la moyenne est aujourd'hui à 27 enfants par classe plutôt que 22/23". 

Elle précise qu'ils se sont battus contre la sortie du REP et qu'ils n'ont pas été entendus. On leur a dit qu'à Orly ou Villejuif, il y avait des situations plus catastrophiques "et c'est toujours la même logique. Avec la montée des loyers à Paris il y a des gens, des Parisiens, des gens plus bourgeois qui se sont installés et c'est justement cette mixité qui fait la richesse de ce quartier". 

Les parents se tournent vers le privé dès l'école élémentaire

Ce quartier compte beaucoup d'hôtels sociaux. Deux cités sont tout près. "C'est cette rencontre entre parents et entre enfants qui est en danger parce que effectivement de plus en plus de parents - au collège c'est une évidence - mettent leur enfant dans le privé dès l'élémentaire à cause de l'ambiance scolaire actuelle."