Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Des robots et des jeunes, à l'école d'ingénieurs de Calais

vendredi 13 avril 2018 à 5:36 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Des écoliers sur le terrain des apprentis ingénieurs. C’est le principe de « Da Vinci Robotics ». Un défi lancé par l’école d’ingénieurs de Calais, qui a réuni des enfants et des adolescents pour des affrontements entre robots, à programmer sur place. Il s'agit de susciter des vocations.

Ecoliers, collégiens et lycéens sont coachés par un élève ingénieur, pour programmer des robots et les faire avancer.
Ecoliers, collégiens et lycéens sont coachés par un élève ingénieur, pour programmer des robots et les faire avancer. © Radio France - Matthieu Darriet

Calais, France

Deux écoliers, quatre collégiens et deux lycéens sont coachés par un élève ingénieur. Ils ne se connaissent pas, mais forment rapidement une équipe, autour d’un grand bac en bois, où un parcours est dessiné. Chaque génération fait avancer un robot, raconte Rudy Alba, est professeur de technologie à Aire-sur-la-Lys :

Le robot du collège doit détecter le robot des écoles pour pouvoir commencer son parcours, qui va consister en un suivi de ligne et en des évitements d'obstacles. Et à la fin de ce parcours, le robot du lycée devra détecter le robot du collège pour pouvoir faire sa partie, en récupérant un objet avec une pince. Et donc ces trois programmes doivent s'enchaîner, pour réussir la totalité de l'épreuve

Avec ce concours de robots, les enseignants espèrent faire naître des vocations pour les métiers techniques et scientifiques, qui ont du mal à recruter.  - Radio France
Avec ce concours de robots, les enseignants espèrent faire naître des vocations pour les métiers techniques et scientifiques, qui ont du mal à recruter. © Radio France - Matthieu Darriet

Et quel que soit leur âge et leur formation, ces jeunes sont absorbés et très motivés par leur mission du jour. 

On est en train de faire des codes couleurs pour que le robot avance. On fait ces codes pour qu'il aille dans une seule direction, comme il y a plusieurs lignes, raconte une écolière.

On est en train de coder pour gérer le robot qui va prendre un cylindre, avec des ultrason et des leds. C'est le futur : nous vivons dans un monde où l'informatique est présente partout. Je conseille à tout le monde de s'orienter sur ça, parce qu'on en a besoin, explique un lycéen. 

De belles carrières et de bons salaires

Les enseignants soulignent que ces jeunes, même les plus réfractaires s’investissent très vite et réussissent, car cette programmation de robot permet de redonner du sens à ce qu’ils apprennent en classe. En espérant attirer ces jeunes vers les métiers techniques, explique Dominique Durier, directeur-adjoint du Lycée Léonard de Vinci, à Calais : 

On manque cruellement de scientifiques et d'ingénieurs. On veut donc essayer de donner très tôt le virus de la programmation et la robotique est un bon support. Méconnaissance et mauvaise image de l'industrie font que ces métiers peinent à recruter, et nous arrivons tout juste à remplir nos formations, alors qu'il y a de belles carrières à la clé et de bons salaires.