Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux écoles pourraient fermer près de Boussac, un "crève-coeur" pour les habitants

-
Par , France Bleu Creuse
Boussac, France

Les écoles de Boussac-Bourg et Saint-Silvain-Bas-le-Roc, qui font partie d'un regroupement pédagogique (RPI) avec celle de Boussac, pourraient fermer pour concentrer primaire et maternelle à Boussac. Le calendrier est encore très flou : rentrée 2018, ou plus tard ?

L'école de Boussac-Bourg, qui compte une seule classe aujourd'hui, pourrait fermer bientôt.
L'école de Boussac-Bourg, qui compte une seule classe aujourd'hui, pourrait fermer bientôt. © Radio France - Marc Bertrand

Le maire de Boussac-Bourg contemple la classe. Un tableau à craie vert, des chaises aux montants rouges, un parquet en bois élimé. Hervé Grimaud montre "sa" chaise, dans le recoin du fond, à droite. 

Bien sûr que j'ai été élève ici! Plutôt mauvais élève d'ailleurs" - Le maire de Boussac-Bourg Hervé Grimaud

L'école de la petite commune collée à Boussac ne compte aujourd'hui qu'une seule classe, de CP. Elle fait partie du regroupement pédagogique intercommunal (RPI), qui regroupe les enfants de sept communes sur trois écoles aujourd'hui. A Boussac l'école maternelle, à Boussac-Bourg le CP, et à Saint-Silvain-Bas-le-Roc le CE1 et le CE2. 

"Crève-coeur"

Mais voilà, le RPI a été créé en 1992. A l'époque, il comptait 350 élèves. Ils ne sont plus que 190 aujourd'hui, la moitié. Les prévisions comptent sur 171 élèves à la rentrée 2018, et 150 à 160 à la rentrée 2019. "On perd une vingtaine d'élèves chaque année sur le RPI", explique Hervé Grimaud

Le maire de Boussac et son adjointe aux affaires scolaires, par ailleurs dirigeante du RPI, ont profité de ces chiffres pour proposer de fermer les deux écoles pour regrouper tous les enfants, maternelle et primaire sur une seule école. Celle de Boussac. Elle a les bâtiments nécessaires pour accueillir toutes les classes.

Une école, c'est la vie du village, le bruit des enfants dans la cour" - Hervé Grimaud

Mais voir fermer son école, c'est un "crève-cœur" pour le maire. "C'est surtout psychologique. Une école, c'est la vie du village, le bruit des enfants dans la cour". "Si l'école ferme, on n'aura plus rien", confirme un habitant. Un couple de Marseillais, installé depuis six mois, ajoute qu'il "a considéré l'école comme un atout" au moment de choisir Boussac-Bourg comme commune d'installation en Creuse. 

Mesure d'économie... ou de bon sens

"On a déjà perdu la deuxième classe l'année dernière", explique le maire de Boussac-Bourg. Car si le protocole rural protège encore la Creuse des suppressions sèches de postes d'enseignants, ce ne sera bientôt plus le cas. Au moins une dizaine de postes pourraient être supprimés à la rentrée de septembre 2019, du fait du déclin démographique.

On sait que l'école est condamnée à terme" - Hervé Grimaud

Est-ce pour anticiper ces suppressions de postes que le projet de fermeture de classes a fait surface ? En réunion avec les parents et les élus, l'adjointe aux affaires scolaires de Boussac a toutefois avancé un autre argument : le porte-monnaie.

La fermeture des deux écoles et le transfert des classes sur Boussac ferait ainsi, selon elle, économiser 80 000 euros par an au RPI, sur un budget de 400 000 euros. Principalement des frais de transport scolaire et de cantine. 

Mais ce montant d'économies est contesté. Les travaux pour accueillir plus d'enfants dans l'école de Boussac, peinture, lavabos, tables adaptées aux élèves de primaire, n'ont pas été pris en compte. Et selon le maire de Boussac-Bourg, les économies seraient bien moindres : "Le transport scolaire pour emmener les enfants à Boussac-Bourg et Saint-Silvain représentent moins de 2000 euros par an !", assure-t-il notamment.

Rentrée 2018, ou plus tard ?

"Fermer une école, ce n'est jamais une décision facile", concède la maire de Malleret-Boussac, Catherine Graveron. Mais elle dédramatise la situation : "Ma commune fait partie du RPI. Lors de sa création en 1992, le maire de l'époque a fait le choix courageux de fermer l'école de sa commune pour conserver des classes à long terme sur le RPI"

Malleret-Boussac n'a plus d'école depuis 25 ans, à ce que je sache on n'est pas morts !" - Catherine Graveron

Selon elle, la fermeture des écoles rendrait, de plus, le transport scolaire moins long. "Les enfants sont ramassés par le car qui les emmène à Boussac, devant la maternelle, où ils reprennent ensuite des cars pour Boussac-Bourg et Saint-Silvain", explique Catherine Graveron. 

La fermeture des deux écoles n'est pas encore entérinée. Ni son horizon. Selon le maire de Boussac-Bourg, ça ne se fera pas dès la rentrée 2018, "car les mutations d'enseignants sont déjà décidées par l'inspection d'académie". Une garantie qui semble un peu faible. Mais lui table plutôt sur la rentrée 2019 ou 2020.

Des rendez-vous sont prévus avec l'inspection d'académie le mois prochain, le 21 mars, pour en discuter. Contacté, le maire de Boussac n'a pas souhaité répondre à nos questions "à ce stade", il dit préférer évoquer le projet après cette réunion.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess