Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Devoirs faits au collège : ça marche déjà à Metz

dimanche 26 novembre 2017 à 18:06 Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord

Alors que le dispositif "devoirs faits au collège" a été généralisé partout en France après les dernières vacances de la Toussaint, nous sommes allé au collège Les Hauts de Blémont à Metz-Borny, où des créneaux de devoirs sont proposés, avec succès, aux élèves depuis déjà deux ans.

Au collège Les Hauts de Blémont à Metz-Borny, les collégiens peuvent faire leurs devoirs une heure par jour, quatre jours par semaine
Au collège Les Hauts de Blémont à Metz-Borny, les collégiens peuvent faire leurs devoirs une heure par jour, quatre jours par semaine © Radio France - Clément Lhuillier

Metz, France

Des mathématiques pour les uns, une leçon d'anglais ou une recherche informatique pour d'autres, au collège Les Hauts de Blémont, les devoirs se font au CDI, durant une heure, quatre jours par semaine. Mais dans cet établissement de 420 élèves, classé REP + (Réseau éducation prioritaire), en plein cœur du quartier de Metz-Borny, les devoirs au collège sont instaurés depuis déjà deux ans, alors que le dispositif a été généralisé à tous les collèges, après les dernières vacances de la Toussaint.

Un travail et des rapports différents

Ces créneaux horaires fonctionnent sur la base du volontariat. "Les élèves s'inscrivent chaque jour et précisent quelles matières ils souhaitent travailler, explique Alexis Keller, le principal du collège. Cela leur permet de s'améliorer et de devenir plus autonomes dans leur travail personnel." Ainsi, trente à quarante élèves restent quotidiennement faire leurs devoirs, encadrés par au moins deux professeurs, eux aussi volontaires. "Il y a une bonne ambiance, et un rapport différent entre enseignant et élève, constate Nicolas Mey, professeur de français, le but n'est pas de leur faire leurs devoirs, mais de les faire travailler, de leur donner une aide supplémentaire." Originalité au collège Les Hauts de Blémont, des étudiants du campus voisin de Bridoux viennent également apporter leur aide aux collégiens.

Quand j'ai une difficulté dans une matière je viens ici. C'est plus calme qu'à la maison. Et je vois mes résultats qui s'améliorent (Recep, élève de 3e au collège Les Hauts de Blémont)

Réduire les inégalités

Proposer ces moments pour faire les devoirs au collège répond à un besoin de réduire les inégalités entre les élèves, en fonction de leur milieu social et familial. Tous n'ont effectivement pas la chance de trouver à la maison les conditions optimales pour travailler sereinement.

Nous avons de nombreux élèves dont les parents ne parlent simplement pas le français. Dans un collège, dans un quartier comme celui-la, "devoirs fait" a une utilité et est même indispensable (Alexis Keller, le principal du collège)

Et si les résultats ne se vérifient pas nécessairement sur les bulletins scolaires, l'encadrement du collège mesure déjà un regain de confiance des élèves envers eux mêmes les enseignants et l'établissement. Il se mesure aussi par la reconnaissance des familles. Le nombre de collégiens volontaires est aussi une preuve d'adhésion : "Si on proposait une heure supplémentaire chaque soir, il y aurait encore des élèves pour rester" conclut Nicolas Mey.

Reportage au collège Les Hauts de Blémont à Metz, de Clément Lhuillier

Et dans l'Académie Nancy-Metz ?

Le dispositif "devoirs faits" a été mis en place, il y a un mois, dans plus de 200 collèges de l'Académie Nancy-Metz, selon Sylvie Leguil, référente au sein du rectorat. 30% de collégiens sont volontaires, ce qui situe la Lorraine au dessus de la moyenne nationale.

Sylvie Leguil , référente du dispositif "devoirs faits au collège" pour le rectorat d'académie Nancy-Metz