Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Dictée et calcul mental quotidiens : la mesure divise dans la Loire

jeudi 26 avril 2018 à 21:36 Par Noémie Philippot, France Bleu Saint-Étienne Loire

Une dictée et du calcul mental, 15 à 20 minutes tous les jours. Ce sont les recommandations publiées par le Ministre de l'éducation nationale Jean-Michel Blanquer ce jeudi au Bulletin officiel, pour améliorer les résultats des élèves français. Dans la Loire, la mesure divise.

Pour le Ministre de l'éducation nationale Jean-Michel Blanquer, la dictée et le calcul mental pendant 15 minutes tous les jours sont indispensables pour acquérir les fondamentaux.
Pour le Ministre de l'éducation nationale Jean-Michel Blanquer, la dictée et le calcul mental pendant 15 minutes tous les jours sont indispensables pour acquérir les fondamentaux. © Radio France - Christophe Morin

Loire, France

Quatre circulaires pour détailler des recommandations très précises pour mieux apprendre à lire et à compter aux élèves en primaire. Voilà ce qu'a publié ce jeudi 26 avril le Ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, au journal officiel. Il est essentiel pour lui de passer par une dictée et du calcul mental quotidiennement pour solidifier les bases des élèves en grammaire, en lecture et en calcul. 

Des exercices bénéfiques

Dans le privé à Saint-Etienne, la dictée quotidienne et le calcul mental sont une habitude. A l'école Saint-Michel à Villeboeuf, c'est au menu des CP tous les jours. La dictée, particulièrement, est essentielle pour Rose-Marie Hurdebourcq, la chef de l'école primaire dans ce groupe scolaire : "Cet exercice quotidien de l'écriture est vital. C'est un temps formel où toute la classe est dans le calme. L'enseignante répète, articule bien pour que les enfants puissent aller chercher des mots étudiés, ou des sons, et c'est très, très important." 

Pour autant dans les écoles publiques, les élèves n'échappent pas à l'exercice, mais plutôt une fois par semaine. Établir une dictée par jour, pour les parents, cela semble bénéfique, même si cela garde une image un peu désuète. Pour Vincent Rousset, le directeur de l'école Thiollier, près de la place Carnot, il faut voir au-delà : "Moi je le vois plus global que ça. Ils ont besoin de pratiquer, de manipuler les lettres, les mots, les chiffres. Le calcul mental et la dictée, en-dehors de l'exercice archaïque, c'est une très belle occasion de les faire écrire." 

Je veux qu'on reconnaisse ma professionnalité." Valérie Cros, directrice de l'école primaire de Poncins dans la Loire. 

Sauf que la mesure ne passe pas pour tout le monde. Au-delà de la pédagogie, selon Valérie Cros, professeure des écoles et directrice de l'école primaire de Poncins dans la Loire, publier des circulaires aussi précises, c'est comme si le gouvernement montrait un manque de confiance envers les enseignants : "Je suis une professionnelle, j'ai des diplômes, et j'aimerais bien qu'on reconnaisse ma professionnalité. C'est-à-dire qu'on me laisse juge de voir avec mes élèves, qui me sont propres, je ne fais pas les mêmes choses toutes les années, je fais ça en fonction des élèves." 

Selon elle, les programmes encadrent précisément la façon de faire classe, et préconisent déjà une pratique quotidienne du calcul mental et de l'écriture. Valérie Cros estime que les occasion de travailler sur la grammaire et l'orthographe sont suffisamment présentes dans le travail des autres matières, comme l'histoire ou la géogrphie, qui ne se passent pas du français.