Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dieppe : deux lycéennes de milieu modeste suivent une prépa en ligne pour entrer à Sciences Po

Le PEI (programme d'études intégrées) est une formation en ligne intégralement gratuite qui permet à des lycéens de milieu modeste de préparer le concours d'entrée à Sciences Po. Cette année, ils sont cinq lycéens de Dieppe à suivre ce programme mis en place par Sciences Po Rennes.

L'entrée de Sciences Po Rennes le 5 juin 2019
L'entrée de Sciences Po Rennes le 5 juin 2019 © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Ce pourrait être une solution au manque de mixité sociale à l'Institut de Sciences Politiques : le PEI, pour programme d'études intégrée, mis en place en 2008 par Sciences Po Rennes. Une formation en ligne entièrement gratuite pour préparer le concours d'entrée de l'Institut, dispensée par des professeurs et des élèves de Sciences Po à destination d'adolescents des quartiers prioritaires et des zones rurale isolées.

Le PEI s'adresse aujourd'hui à 232 lycéens du Grand Ouest (Normandie, Bretagne, Pays de La Loire) dont cinq du lycée Jehan Ango à Dieppe (Seine-Maritime). Parmi eux, deux élèves de Terminale : Blandine Alexandre et Solenn Derrien. 

Une porte d'entrée vers Sciences Po Rennes

Les deux jeunes filles, âgées de 17 ans toutes les deux, habitent en réalité à Offranville, une petite commune rurale à vingt minutes de Dieppe. "Mon père est agriculteur", décrit Blandine, "Et ma mère est coach en orientation, elle exerce en libéral. Moi je voudrais travailler à l'Union Européenne, notamment sur tout ce qui est relations franco-allemandes. Je parle allemand, je me suis rendue dans le pays plusieurs fois et j'aime beaucoup cette langue et cette culture." Née de parents professeurs d'EPS et d'économie-gestion, Solenn a elle aussi de beaux projets professionnels : "Je suis intéressée par plusieurs domaines comme la diplomatie, le journalisme et les relations internationales entre autres." 

Au départ, c'est Blandine qui s'est renseignée sur le programme. La jeune fille souhaitait intégrer un IEP (Institut d'études politiques) et s'est donc rapprochée du professeur en charge de l'orientation des élèves vers ce type de parcours dans son lycée. "C'est là qu'il m'a parlé du PEI", raconte-t-elle, "Avec d'autres filles de mon lycée dont Solenn, on a déposé un dossier commun et on a été sélectionnées pour suivre le programme."

Après six mois à suivre cette "prépa" en ligne en plus de ses cours, Solenn en constate les bénéfices : "Cette formation nous apporte une méthode de travail, une culture plus étendue. Oui, ça peut être un peu compliqué avec les cours en plus mais ça nous apprend aussi l'autonomie puisqu'on peut gérer nos plages de travail comme on veut."

Un programme adressé notamment aux "invisibles de la République"

Laure Schiettecatte est responsable démocratisation à Sciences Po Rennes. Pour elle, il était très important de cibler autant les élèves vivants dans des quartiers prioritaires que ceux habitant des zones rurales comme Blandine et Solenn. "Nous avons été interpellés comme tout le monde par la crise des gilets jaunes en 2018", raconte-t-elle, "Nous avons donc réfléchi à cette problématique des "invisibles de la République". Les lycéens ou les collégiens qui vivent dans des zones rurales isolées sont freinés par des handicaps pour réaliser leurs ambitions, que ce soit l'éloignement géographique, la fracture numérique, ou simplement la difficulté que peut éprouver leur famille à les suivre dans leurs études supérieures."

Mais elle l'affirme : les "péistes" ne bénéficieront d'aucun traitement de faveur, d'aucune discrimination positive. Ils devront travailler aussi dur que les autres pour réussir le concours d'entrée à Sciences Po, "pour qu'ils aient la même légitimité que les autres", précise Laure Schiettecatte. 

L'accès au PEI se fait par dossier, à adresser à son IEP le plus proche. Les dossiers sélectionnés seront ceux des élèves de milieu modeste, ayant de bons résultats scolaires et très motivés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess