Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Dijon : des enseignants mécontents rassemblés devant le rectorat

Par

Des enseignants se sont rassemblés, mercredi 24 juin 2020, devant le siège du Rectorat de Dijon, à l'appel de plusieurs syndicats. Au coeur de leur action, de nombreuses revendications, l'envie d'être fixé pour la rentrée de septembre et un ras-le-bol du "prof-bashing".

Une cinquantaine d'enseignants se sont rassemblés devant le Rectorat à Dijon, mercredi 24 juin 2020, à l'appel de plusieurs syndicats Une cinquantaine d'enseignants se sont rassemblés devant le Rectorat à Dijon, mercredi 24 juin 2020, à l'appel de plusieurs syndicats
Une cinquantaine d'enseignants se sont rassemblés devant le Rectorat à Dijon, mercredi 24 juin 2020, à l'appel de plusieurs syndicats © Radio France - Adrien Beria

A moins de deux semaines des vacances scolaires, une cinquantaine d'enseignants mécontents se sont rassemblés devant le siège du Rectorat à Dijon, mercredi 24 juin 2020, sous un soleil de plomb. Un rassemblement l'initiative de plusieurs syndicats : FNEC-FP-FO, SNES-FSU, SNUIPP-FSU, et CGT Educ’Action. Ils ont pu rencontrer la secrétaire générale du Rectorat, pour porter plusieurs revendications, comme "l’arrêt des suppressions de postes et la création des postes nécessaires, l’abandon des 2S2C , la création d’un vrai statut avec un vrai salaire pour les AESH, l’augmentation des salaires et l’augmentation du point d’indice", ou contre le changement de statut du directeur d'école dans le primaire. 

Publicité
Logo France Bleu

Stop au "prof-bashing" 

"Les enseignants sont traînés dans la boue à longueur de journée dans les médias", ont indiqué les syndicats dans un communiqué. Une référence à une enquête de France 2 diffusée début juin, révélant que des milliers de professeurs avaient "décroché" pendant le confinement . Une réputation qui ne plait pas du tout aux enseignants dijonnais rassemblés mercredi : "On a entendu qu'on ne voulait pas reprendre, qu'on aurait aimé enchaîner avec nos vacances", détaille l'une d'entre eux. "On nous accuse de rester tranquille chez nous", renchérit une autre. "C'est tellement plus facile de taper sur les gens dont on ne connait pas le boulot (...) j'ai bossé deux fois plus que d'habitude pendant le confinement", résume Alexandra, institutrice à Dijon. 

"Le prof-bashing c'est sympa, mais venez prendre la place quand vous voulez !" - Christelle, directrice d'école à Dijon 

Préparer la rentrée de septembre

Lors de la réunion avec le Rectorat, les syndicats ont tenté d'aborder la question de la rentrée de septembre 2020. Avec quelles contraintes sanitaires ? Quel protocole ? "Pour le moment ils attendent la circulaire de rentrée, qui doit venir de Monsieur Jean-Mimi", indique à la fin de l'entretien une représentante syndicale, en référence au ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Son espoir ? Que le gouvernement "anticipe les choses, avec plusieurs scénarios", en cas de reprise ou non de l'épidémie. Du côté du Rectorat , on indique qu'effectivement, cette circulaire de rentrée est très attendue ... comme chaque année à cette période, crise sanitaire ou pas. 

Christelle, directrice d'école à Dijon, espère en tout cas que le règne des gestes barrières sera enfin terminé à la rentrée : "Pour les deux dernières semaines de juin, on nous a laissé le protocole avec huit lavages de main par jour, ça nous prend un temps fou. Il y a un tas de choses un peu paradoxales. Laissez nous reprendre normalement et qu'on en finisse"

Autre requête : une meilleure communication en interne. Mathias, maître d'école à Dijon, regrette d'apprendre les nouveaux protocoles, les nouvelles règles, les réouvertures de classe ... devant sa télévision. "On a des protocoles qui arrivent le dimanche ou en soirée et qu'on doit s'approprier en quelques heures, argumente-t-il. Qu'ils nous envoient un mail ou un courrier, mais qu'ils arrêtent de communiquer par les chaines de télévision". Là aussi, le Rectorat de Dijon se défend, expliquant que pour eux comme pour les professeurs, les informations sont tombées au compte-goutte, tout au long de la crise sanitaire.

On débriefe la réunion ... à l'ombre ! © Radio France - Adrien Beria

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu