Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Dijon : une exposition contre le racisme et l’antisémitisme réalisée par des élèves côte-d'oriens

-
Par , France Bleu Bourgogne

Édouard Philippe a annoncé ce lundi un nouveau plan de lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Un sujet sur lequel des élèves du lycée Charles de Gaulle et du collège Clos de Pouilly à Dijon, ont travaillé depuis le mois de septembre. L'exposition de leurs travaux est à découvrir au Rectorat.

L'exposition "De l'antisémitisme ordinaire à la mort de masse" est à découvrir cette semaine dans le hall du rectorat à Dijon.
L'exposition "De l'antisémitisme ordinaire à la mort de masse" est à découvrir cette semaine dans le hall du rectorat à Dijon. © Radio France - Stéphanie Perenon

Dijon, France

Rester vigilants. Et surtout ne rien laisser passer. C'est le message de cette exposition baptisée "De l'antisémitisme ordinaire à la mort de masse". Un travail mené depuis septembre dernier par 41 élèves de première et de terminale au lycée Charles de Gaulle à Dijon. Depuis plusieurs mois, entourés par trois de leurs professeurs, ils travaillent sur la question de la Shoah, sur le discours antisémite de l'époque, et son parallèle avec aujourd'hui mais aussi sur le négationnisme. A l'origine du projet, Dimitri Vouzelle, pour leur professeur d'Histoire, "la meilleure des choses c'est de leur construire un savoir historique pour se confronter aux discours de haine et savoir les déconstruire."

"Apprendre du passé pour être mieux armé"

Les élèves se sont donc plongés dans les archives départementales, et ont pu étudier des documents de 1941, "ils ont pu étudier des tracts qui étaient des livrets antisémites réalisés au moment de l'exposition, Les Juifs et la France.". Ce travail leur a permis étudier les différents axes du discours antisémite de l'époque. Pour leur enseignant, c'est un travail payant car " ils se sont rendus compte que si les supports ont changé -ce ne sont plus des tracts mais des messages sur les réseaux sociaux- les mécanismes et les constructions sont les mêmes." Avec ce projet, "ils deviennent des citoyens éclairés qui ont construit leurs humanités"l, ce qui était l'autre objectif de ce projet précise le professeur. Un devoir de mémoire qui les a beaucoup marqué, en particulier lorsqu'ils ont fait le voyage à Auschwitz, comme le raconte, Virgile, 17 ans,très impliqué dans e projet, "c'est  tellement inimaginable de se figurer ce qui s'est réellement passé à cette époque. "

Dimitri Vouzelle, pour ce professeur d'Histoire

Un projet pluridisciplinaire

Un projet auquel ont participé Frédérique Margarito, professeure de Français et Christiane Richer, documentaliste.  Autour d'eux, 41 élèves de première et de terminale, tous volontaires pour se plonger dans un travail d'archives et d'historien. Zoé et Virgile, volontaires depuis le début sur e projet, trouvent aujourd'hui un écho à leur travail dans l'actualité récente. "Ça m'effrayait déjà avant de voir tout ce qui pouvait être dit sur les réseaux sociaux mais depuis que j'ai fait ce projet je me rends compte, à quel point c'est important de se confronter à la réalité et quand on a des faits en tête, ça fait vraiment réfléchir." 

Zoé et Virgile deux des élèves qui ont participé à l'exposition

Virgile et Zoé, élèves au lycée Charles de Gaulle à Dijon, travaillent depuis septembre sur cette exposition - Radio France
Virgile et Zoé, élèves au lycée Charles de Gaulle à Dijon, travaillent depuis septembre sur cette exposition © Radio France - Stéphanie Perenon

Une exposition pour rappeler que "mieux connaitre le passé, c'est être mieux armé pour démonter les thèses complotistes et racistes qui envahissent la toile", explique Jean-Claude Meunier-Lariotte, le proviseur du lycée Charles de Gaulle.

Jean-Claude Meunier-Lariotte, le proviseur du lycée Charles de Gaulle

Les élèves de troisième du collège Clos de Pouilly à Dijon ont également participé au projet, avec le volet baptisé "CHARA" pour Comprendre Hier pour Agir et réagir Aujourd'hui. Ils ont notamment travaillé sur trois génocides du XXe siècle, les génocides des Améniens, des Juifs et des Tutsis au Rwanda. Un travail éclairé par le témoignage de rescapés ou de leurs descendants, précise Solenne Leveque, leur professeure d'Histoire-Géographie. "En parallèle, l'éducation aux médias leur a permis de prendre conscience que même si on connait ces génocides, on n'est pas à l'abri que des comportements racistes et extrémistes se reproduisent. "Étudier le terreau d'un crime génocide est dans doute la meilleure façon de s'en prémunir" poursuit l'enseignante,"très fière du travail accompli par ses élèves."

Le projet a reçu le label Citoyen de la Fondation du camp des Milles - Mémoire et Éducation.

Une exposition à voir jusqu'à la fin de la semaine dans le hall du rectorat de Dijon, rue du général Delaborde.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu