Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Dispositif "Devoirs faits" : du soutien scolaire gratuit pour les collégiens landais

lundi 6 novembre 2017 à 17:57 Par Hajera Mohammad, France Bleu Gascogne

Le dispositif "Devoirs faits" permet à des collégiens de bénéficier d'heures de soutien scolaire gratuitement. Il est mis en place depuis ce 6 novembre mais il faudra encore attendre dans les Landes pour en profiter.

Le dispositif "Devoirs faits" concerne 17.000 collégiens dans les Landes. Photo d'illustration.
Le dispositif "Devoirs faits" concerne 17.000 collégiens dans les Landes. Photo d'illustration. © Maxppp - Maxppp

Mont-de-Marsan, France

Quatre heures de soutien scolaire gratuit chaque semaine. C'est le principe du dispositif "Devoirs faits", annoncé il y a quelques mois par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale et en vigueur depuis ce 6 novembre. Objectif : lutter contre les inégalités entre les élèves. Les 38 collèges des Landes pourront bénéficier de cette mesure, mais pas tout de suite.

17 000 collégiens landais concernés

Tout n'est pas encore en place, reconnaît l'inspection académique. Il reste quelques détails à peaufiner. Elle va recevoir pendant ces quinze prochains jours, les directeurs d'établissement pour faire le point sur le nombre d'enseignants volontaires et voir s'il concorde avec les besoins des 17.000 collégiens concernés. La base de ce dispositif reposer sur le volontariat des professeurs qui seront payés plus pour les heures effectuées. Mais seront-ils assez nombreux pour autant ? L' inspection académique assure que oui, elle aurait reçu beaucoup de retours positifs.

S'ils ne sont pas assez nombreux, la mission pourra être confiée à des assistants d'éducation, comme les surveillants mais aussi à des retraités de l'Éducation nationale voire même des jeunes en service civique. Quant aux horaires, rien n'est fixé : une heure de soutien le soir, entre midi et deux ou bien pendant une heure de permanence dédiée. Cette dernière option serait tout de même privilégiée dans les Landes et particulièrement dans les zones les plus rurales, où les élèves doivent souvent faire avec les contraintes en terme de transport, le soir.

Une bonne idée mais sans moyens selon les syndicats

Du côté syndicats enseignants, on soutient l'idée de cette mesure mais on pointe aussi le manque de moyens. Et le recours à du personnel, hors cadre enseignant, laisse sceptique Christophe Nowaczeck, secrétaire SE Unsa des Landes. "Les assistants d'éducation sont des jeunes qui ont parfois un niveau de diplôme conséquent mais pas forcément les compétences pédagogiques avérées, donc il y a un besoin de formation pour ces personnels. Il faut que le dispositif soit un vrai accompagnement pédagogique et pas simplement un encadrement ou une surveillance", explique le syndicaliste.

Le coût total du dispositif s'élève à 220 millions d'euros, au niveau national. Le ministre de l'Éducation nationale a d'ores et déjà annoncé qu'il serait étendu à la rentrée 2018 pour les élèves de primaire.