Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Dix CFA seraient menacés de fermeture en Limousin par la réforme de la formation professionnelle

mercredi 2 mai 2018 à 3:32 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

Dix centres de formation d'apprentis pourraient fermer leurs portes en Limousin. C'est l'association des régions de France qui l'affirme. En cause le projet de réforme de la formation professionnelle présenté par le gouvernement la semaine dernière.

Le CFA Industrie de Tulle, géré par l'UIMM, compte 95 apprentis cette année.
Le CFA Industrie de Tulle, géré par l'UIMM, compte 95 apprentis cette année. © Radio France - Philippe Graziani

Corrèze, Limousin, Tulle, Brive, Limoges

Il n'y a pas de projet de fermeture à proprement parlé de centres de formation d'apprentis dans la réforme qu'a présentée le gouvernement. Mais certains seraient nécessairement amenés à fermer leur porte, selon Régions de France, si ce que préconise la réforme est effectivement mis en œuvre. L'association a dressé la carte de ces CFA qui seraient ainsi menacés. Il y en aurait 700 au total en France, dont 10 en Limousin. L'association des régions explique son analyse par la cession aux branches professionnelles de la gestion des CFA dans la réforme; ils sont actuellement gérés par les régions. Et par la volonté que les formations soient plus adaptées aux besoins du marché. En clair que les financements, décidés par les branches, aillent vers les CFA qui forment des jeunes pour des métiers qui recrutent sur leur territoire. 

Un effet ravageur

"Comme le financement va être proportionnel à l'activité des CFA, l'intérêt des branches va être de faire grossir les centres" affirment le conseiller régional briviste de Nouvelle-Aquitaine Christophe Patier. Avec pour effet selon l'élu que les petits CFA seraient alors sacrifiés par les branches. Or ces petits centres sont les plus nombreux notamment dans les territoires ruraux comme le Limousin. "L'effet sera ravageur pour le territoire, car on ne trouvera plus de gens du terrain formés sur place". "Et on a des difficultés à attirer des gens sur place qui ne sont pas de la région", rappelle Christophe Patier. 

On va accélérer la désertification" Marcel Demarty

La carte publiée par l'association des régions de France sur son site internet ne dit pas précisément quels CFA pourraient faire les frais de la réforme. Et aucun responsable ne peut imaginer que le sien puisse en faire partie. Marcel Demarty, président du CFA des 13 Vents à Tulle, serait très "surpris" que l'établissement ferme. "On est le CFA qui se développe le plus en Limousin" rappelle-t-il. Le CFA des 13 Vents a près de 700 apprentis cette année. Et surtout Marcel Demarty estime que ce serait là un coup fatal pour le territoire. "Si on commence à fermer des CFA en milieu rural, on, va accélérer la désertification " assure-t-il. Rien n'est acté de toute façon. Le débat parlementaire sur la réforme commencera le 29 mai.

Les 10 CFA menacés en Limousin

La carte publiée par Régions de France reste vague sur les CFA qu'elle estime menacés en ne mentionnant que la commune.

En Creuse : Ahun, Bourganeuf, Felletin et Guéret. En Corrèze : Brive, Egletons, Voutezac, Sainte-Fortunade et Tulle. En Haute-Vienne, Limoges