Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Dordogne : à Cénac et Domme, on se mobilise contre une nouvelle fermeture de classe

mardi 28 mars 2017 à 17:29 Par Julien Balidas, France Bleu Périgord

Ce mercredi 29 mars, parents d'élèves et habitants vont occuper les deux écoles pour protester contre une suppression de poste à la rentrée prochaine.

Illustration.
Illustration. © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP

Dordogne, France

La Direction des services départementaux de l’Éducation nationale (DSDEN) a décidé de fermer une classe à la rentrée. Un poste en moins donc dans le RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal) Cénac / Domme.

"Aucune raison de supprimer ce poste, c'est incompréhensible"

Ce mercredi matin, parents d'élèves et habitants vont occuper les deux écoles toute la matinée, de 9h à midi. De six enseignants, on passerait à cinq dans le RPI Domme/Cenac. Pour 128 éleves. "Il n'y a aucune raison de supprimer le poste. Quand on voit les RPI autour, ils n'ont que des classes de 17 ou 19 enfants et ne sont pas touchés. Moi je pense qu'ils veulent supprimer toutes les petites écoles des villages pour tout regrouper dans les grandes villes. Du coup, les jeunes ne viendront pas s'installer chez nous car il n'y aura plus d'école. Et donc cela veut dire un village mort", explique Sandra Fabre, déléguée parents d'élèves.

"On pourrait se retrouver avec 29 élèves dans une classe"

Elle ajoute : "On a envisagé une répartition. La plus petite classe aurait 23 élèves, la plus chargée aurait 29 enfants. On pourrait se retrouver avec une classe à triple niveau ou encore avec une partie des CP qui resterait avec les maternelles, une autre avec les CE1/CE2. C'est discriminatoire. On va dire à certains toi t'es en CP mais trop petit donc tu restes avec les bébés. Et au niveau du nombre d'élèves par classe, c'est assez conséquent."

En 2014, un poste avait déjà été supprimé sur ce RPI. Sandra Fabre et les autres parents feront tout pour éviter le même scénario : "Une fois par mois ou une fois tous les quinze jours, on reconduira le mouvement si rien ne bouge. Je vais m'investir à 200%."