Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : nouvelle manifestation contre la suppression d'une classe à Vézac

-
Par , France Bleu Périgord
Sarlat-la-Canéda, France

Le collectif Vézac 24 manifeste ce lundi 26 février contre la suppression d'une classe de l'école primaire de Vézac-Beynac-Saint-Vincent-de-Cosse, près de Sarlat en Dordogne.

Manifestation lundi matin contre la suppression d'une classe à Vézac
Manifestation lundi matin contre la suppression d'une classe à Vézac © Maxppp - Maxppp

Après une première mobilisation le 5 février, parents d'élèves, enseignants et Vézacois manifestent à nouveau ce lundi 26 février contre la suppression d'une classe dans leur école. Réunis sous le nom de collectif Vézac 24, ils vont se retrouver à 7h00 sur le parking de la mairie. Une centaine de personnes sont attendues.

La nouvelle carte scolaire de Dordogne a pourtant déjà été validée. Le Regroupement Pédagogique Intercommunal de Vézac-Beynac-Saint-Vincent-de-Cosse devrait donc bien passer à la rentrée de quatre à trois classes. Mais le collectif n'abandonne pas le combat. 

Il demande le maintien de cette quatrième classe et des postes d'enseignant et d'ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles) qui doivent aussi être supprimés. 

"Notre crainte, c'est la disparition complète de l'école." Christian Robles, membre du collectif Vézac 24 

Pour Christian Robles, membre du comité, cette décision aurait plusieurs conséquences : "on nous dit que la qualité de l'enseignement sera la même mais j'ai du mal à le croire, puisque les enfants seront plus nombreux par classe. [...] A terme, notre crainte, c'est aussi la disparition complète de l'école de Vézac". 

"Rien n'est irréversible" 

Mais quelle portée cette action peut-elle avoir, alors que la carte scolaire a déjà été validée ? Pour Christian Robles,  rien n'est irréversible". Sept postes d'enseignants doivent toujours être pourvus en Dordogne, et le comité espère que l'un d'entre eux sera attribué à leur école.  

Rien n'est moins sûr cependant : ces postes sont destinés aux écoles de villages ayant passé un contrat de ruralité avec l'Etat. Ce n'est pas le cas de Vézac. 

Christian Robles, membre du collectif Vézac 24

Choix de la station

À venir dansDanssecondess