Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Dordogne : un jeune migrant pakistanais va recevoir la médaille de meilleur apprenti de France

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Il s'appelle Moudjahid Zaman, il a 19 ans. Samedi prochain, ce jeune pakistanais élève du lycée de Chardeuil en Dordogne recevra la médaille d'or du meilleur apprenti de France en section peinture en bâtiment. Histoire d'un jeune migrant qui a trouvé en France un pays où s'épanouir.

Après avoir décroché un CAP peinture Moudjahid prépare un CAP plâtrerie
Après avoir décroché un CAP peinture Moudjahid prépare un CAP plâtrerie © Radio France - Valérie Dejean

Coulaures, France

Les cheveux noirs blanchis par le plâtre, Moudjahid Zaman se concentre sur son travail dans l'atelier du lycée professionnel de Chardeuil à Coulaures en Dordogne. Ce jeune pakistanais de 19 ans au regard très doux est arrivé en France il y a trois ans. C'est ce que l'on appelle "un migrant mineur isolé". Samedi prochain, ce jeune homme qui ne parlait pas un mot de français quand il est arrivé en Dordogne, recevra la médaille d'or du meilleur apprenti de France section peintre en bâtiment.

Il s'appelle Moudjahid Zaman, il a 19 ans.

Six mois à pied à travers l'Europe avant de rejoindre la France

Moudjahid a 16 ans quand il quitte la ferme de ses parents au Pakistan. Il part seul sur les routes, il traverse la Turquie, la Grèce, l'Italie. Le voyage à pied va durer six mois jusqu'à l'arrivée à Paris. En France l'adolescent est pris en charge par les services de l'Aide Sociale à l'Enfance qui l'envoie en Dordogne. Et c'est au lycée professionnel des métiers du bâtiment de Chardeuil que le jeune garçon débarque pour entamer une formation de peintre en bâtiment. Sur les raisons de son départ du Pakistan, Moudjahid reste discret " c'était très compliqué là-bas à cause de la guerre, il n'y avait pas de travail, c'était difficile".

Au lycée de Chardeuil 30% des élèves de CAP sont égyptiens, africains, albanais ou pakistanais

Très rapidement, les enseignants du lycée périgourdin décèlent le potentiel du jeune garçon. Bernard Prost le proviseur se souvient de son arrivée " il était très volontaire pour travailler et puis il avait une adresse très au dessus du lot". Et Bernard Prost sait de quoi il parle. Le lycée de Chardeuil est "spécialisé" dans l'accueil de jeunes étrangers. Ici on compte 21 nationalités et 30% des élèves de CAP sont égyptiens, africains, albanais ou pakistanais. Des gamins qui fuient la plupart du temps la violence et même parfois la guerre qui sévit dans leur pays d'origine.

Moudjahid pose devant le travail pour lequel il recevra la médaille du meilleur apprenti de France - Radio France
Moudjahid pose devant le travail pour lequel il recevra la médaille du meilleur apprenti de France © Radio France - Valérie Dejean

La quasi totalité de ces jeunes décrochent leurs diplômes mais Moudjahid lui a fait plus. Samedi prochain, il sera officiellement récompensé en tant que meilleur apprenti de France en section peinture en bâtiment. Dans un français encore hésitant il a encore du mal à réaliser " pour moi c'est très très important, c'est mon rêve , ça va être aussi plus facile pour trouver du travail". Il recevra son prix avec d'autres apprentis dans le cadre du salon du livre gourmand à Périgueux. Et c'est un chef étoilé, Philippe Etchebest, lui même meilleur ouvrier de France, qui lui remettra son prix.

"Quand je rentre au lycée de Chardeuil, je suis chez moi"

Pour Bernard Prost le proviseur, cette distinction rejaillit bien sûr sur tout l'établissement, " ça permet dit-il à ceux qui en douteraient de montrer que même en arrivant et en partant de bas du fait des hasards de la vie, on arrive à se hisser au meilleur niveau". Et comme si ce n'était pas suffisant, Moudjahid a rempilé pour un deuxième CAP cette fois en section plâtrerie. Il faut dire qu'il a beaucoup de mal à quitter le lycée de Chardeuil " c'est ma deuxième maison, les profs sont gentils, quand je rentre à Chardeuil , je suis chez moi".

Moudjahid va maintenant faire une demande de régularisation. Il veut rester en France ce pays où il se sent "trop bien". Une fois qu'il aura ses papiers, il pourra retourner voir ses parents au Pakistan," j'irai voir ma mère dit-il ...elle me manque trop des fois".