Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Doubs : les maires sont-ils les maîtres de l'école ?

mercredi 30 août 2017 à 18:58 Par Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard

Dans les villes et villages, la rentrée scolaire est autant l'affaire des enseignants que des maires. France Bleu Belfort Montbéliard décrypte le rôle de ces derniers. Avec trois illustrations : Dampierre-les-Bois, Saint-Hippolyte et Laire.

La mairie de Saint Hippolyte a un œil sur l'école de l'autre coté de la place.
La mairie de Saint Hippolyte a un œil sur l'école de l'autre coté de la place. © Radio France - Christophe Beck

Doubs, France

A l'école, le maire aussi a voix au chapitre. Et plus encore. S'il s’occupe principalement des bâtiments (école et péri scolaire) et assume leur fonctionnement au quotidien, le maire organise également la répartition territoriale des classes, quand il y a plusieurs écoles. Il a son mot à dire sur les horaires et gère le personnel communal mis à disposition des enseignants (les Atsem). Et enfin, moins connu, le maire veille au respect de l’obligation scolaire. C’est lui qui délivre le certificat d’inscription. Et accorde les dérogations, lorsque les familles souhaitent scolariser leur enfant en dehors de la commune.

Le contenant, mais pas le contenu

Le maire ne s’occupe pas, en revanche, des enseignants et des programmes. Le contenant, mais pas le contenu. A noter qu’il peut déléguer cette compétence à l’intercommunalité dans les cas des regroupements pédagogiques ou syndicats des écoles.

Même si l'école a un coût, les maires sont plutôt enclin à investir pour leurs établissements. Preuve du dynamisme du village. A Dampierre-les-Bois, 120 élèves en primaire et 80 en maternelle pour 1700 habitants, le bâtiment des services techniques est transformé en périscolaire. Le chantier vient de commencer. Investissement : près de 500 000 € pour une livraison au plus tard au printemps 2018.

Marc Tirole, le maire de Dampierre les Bois, devant le chantier de périscolaire  - Radio France
Marc Tirole, le maire de Dampierre les Bois, devant le chantier de périscolaire © Radio France - Christophe Beck

L’école est un élément très fort d’attractivité que les maires défendent avec vigueur. A Saint-Hippolyte, aux Portes du Haut Doubs, 950 habitants, la population est en baisse et elle vieillit. Pour attirer de nouvelles familles avec enfants, le maire Serge Cagnon, rêve d’un lotissement de 50 logements qu’il a programmé au PLU, plan local d’urbanisme.

Bataille de maire pour garder l'école dans la commune

Les communes moyennes ont la possibilité de se débrouiller seules. Pour les plus petites communes, il y a nécessité de s’entendre autour de syndicats des écoles ou de regroupements pédagogiques intercommunaux. C'est le cas dans le Pays d’Héricourt, où la commune de Laire s'est retrouvée comme "échouée" après la refonte de la carte intercommunale. La disparition de la communauté de communes de la vallée du Rupt a sonné la fin de la récréation pour le syndicat des écoles des Lilas. Du coup, Laire a dû partir en quête d'une école pour ses 23 enfants. Ce qui a donné lieu à une bataille de maires. Celui d’Héricourt voulait contraindre les familles de Laire à scolariser leurs enfants dans sa ville. Les parents préférant la ruralité du village de Coisevaux. C’est ce choix qui l’a emporté. Laire vivra lundi sa première rentrée sans école. C’est ça aussi, la vie de nos communes.