Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Droits de l'enfant : l'Institut d'Alzon s'engage et forme ses élèves

-
Par , France Bleu Gard Lozère

A l'occasion de la Journée mondiale de l'enfance célébrée ce vendredi par l'Unicef, l'école D'Alzon consolide la mise en place de médiateurs au sein de son établissement.

Les délégués de classes et médiateurs de l'école D'Alzon (Nîmes)
Les délégués de classes et médiateurs de l'école D'Alzon (Nîmes) © Radio France - Tony Selliez

Comme chaque année depuis 1954, la Journée mondiale de l'enfance est célébrée le 20 novembre. Elle a été créée par l'Organisation des Nations Unies (ONU) et son programme de l'Unicef. A Nîmes, depuis la rentrée, l'Institut  Emmanuel D'Alzon a mis en place un partenariat avec l'ONG Le Campus des Médiateurs, qui lutte en particulier contre le harcèlement à l'école mais aussi dans le monde du sport.  La journée, ce vendredi, a été consacrée à l'événement avec tous les élèves. Une cérémonie a également été organisée avec une trentaine d'élèves. Cinq d'entre eux ont été plus officiellement intronisés "médiateurs", pour devenir des témoins d'alerte et des relais auprès des professeurs et chefs d'établissement.

Ce vendredi midi, lors de la cérémonie organisée dans la chapelle de l'institut, un hommage a été rendu plus particulièrement aux victimes du drame d'Aberfan. En 1966, au sud du Pays de Galles, un pan de terril s'est effondré sur l'école d'un petit village. La catastrophe a provoqué la mort de 144 personnes dont 116 enfants. A l'institut d'Alzon, le rapprochement a notamment été effectué avec les drames qui frappent le Gard lors d'épisodes cévenols.

COmmémoration de la catastrophe d'Aberfan en la paroissse de l'Institut d'Alzon, avec une trentaine d'enfants, à Nîmes (Gard)
COmmémoration de la catastrophe d'Aberfan en la paroissse de l'Institut d'Alzon, avec une trentaine d'enfants, à Nîmes (Gard) © Radio France - Tony Selliez

Un programme d'actions sur quatre ans

Les jeunes médiateurs sont appelés à devenir des interlocuteurs privilégiés de adultes de l'Institut. Ils sont formés à devenir les premiers témoins d'éventuelles violences ou de disputes parmi leurs camarades de classes, et apprennent à intervenir avec diplomatie.  

Ces derniers jours, les élèves de toutes les classes ont dessiné autour du thème des "droits de l'enfant".

Dessins des élèves de l'Institut d'Alzon à Nîmes
Dessins des élèves de l'Institut d'Alzon à Nîmes © Radio France - Tony Selliez
Dessins des élèves de l'Institut d'Alzon à Nîmes à l'occasion de la journée mondiale des "droits de l'enfant"
Dessins des élèves de l'Institut d'Alzon à Nîmes à l'occasion de la journée mondiale des "droits de l'enfant" © Radio France - Tony Selliez
Enfants de primaire de l'Institut d'Alzon à Nîmes
Enfants de primaire de l'Institut d'Alzon à Nîmes © Radio France - Tony Selliez

Le partenariat est signé pour les quatre prochaines années. Plusieurs autres actions concrètes sont en projet pour les prochaines semaines.

D'ici deux mois, des "quartiers colorés" devraient être organisés au sein de la cour de l'école primaire. C'est un projet unique en France. L'idée ? Séparer les élèves en fonction de leurs envies, de leurs occupations, de leur état d'esprit du moment. Ainsi, à partir de plusieurs couleurs, des espaces seront consacrés aux sports, à l'écologie, à la création artistique, aux jeux ou encore à un moment zen (ateliers de sophrologie par exemple).

Un autre système, le "bar des émotions", permettra bientôt aux enfants d'exprimer, chaque jour, leur humeur du moment. Pour l'établissement, ce sera un moyen d'identifier un éventuel conflit ou une situation d'anxiété, et donc d'intervenir  peut-être plus rapidement pour le bien-être des élèves.

Yvan Lachaud, directeur général de l'Institut Emmanuel d'Alzon à Nîmes
Yvan Lachaud, directeur général de l'Institut Emmanuel d'Alzon à Nîmes © Radio France - Tony Selliez
Choix de la station

À venir dansDanssecondess