Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

École à distance : "Pas de gros retard accumulé" par les élèves sarthois, estime le recteur

-
Par , France Bleu Maine

William Marois, recteur de l'académie de Nantes, était l'invité de France Bleu Maine ce jeudi 8 avril. Il revient sur les problèmes de connexion liés à l'école à la maison, et se veut rassurant sur le niveau scolaire des élèves en temps de crise.

William Marois, recteur de l'académie de Nantes
William Marois, recteur de l'académie de Nantes © Radio France - France 3 Pays de la Loire

Invité de France Bleu Maine ce jeudi matin, William Marois, recteur de l'académie de Nantes (dont dépendent écoles, collèges, lycées de la Sarthe) est revenu sur les multiples problèmes de connexion cette semaine lors des cours à distance. Il tient aussi à rassurer les parents qui s'inquiètent pour le niveau scolaire de leurs enfants.

► Ecouter l'interview de 7h45 sur France Bleu Maine

France Bleu Maine : Entre la cyberattaque subie par le CNED, et les ENT (environnements numériques de travail) saturés à cause d'un trop grand nombre de connexions mardi, les cours en distanciel en Sarthe ont-ils tous pu avoir lieu hier, mercredi ? 

William Marois : "Globalement, effectivement, il y a eu des difficultés mardi. Pour vous donner un exemple, on a eu une augmentation des visites sur le site du second degré de 217%. On a fait tout ce qu'il fallait avec les éditeurs pour que maintenant, ça fonctionne. Hier (mercredi), le fonctionnement est fluide. Concernant les écoles, il y a moins d'affluence le mercredi matin, mais sur les collèges et les lycées, on avait un nombre de connexions qui était presque aussi important que celui de mardi."

Savez-vous combien d'élèves au total ont été pénalisés par ces problèmes de connexion ?

"C'est un peu compliqué à dire puisque certains n'ont pas pu y accéder, et d'autres ont connu des ralentissements. Ce que je peux vous dire, c'est qu'en mars 2020, sur l'ENT du second degré, on a eu 301 000 visites. Mardi, on en a eu 526 000."

Quelles conséquences a eues la cyberattaque CNED, le centre d'enseignement à distance ?

"Concrètement, elle a eu pour conséquence d'empêcher l'accès à un dispositif très utilisé par les enseignants, "Ma classe à la maison". Le CNED met aussi à disposition tout un ensemble de ressources dont l'accès a été compliqué. Une enquête est en cours au niveau national pour savoir ce qu'il s'est passé."

De nombreux témoignages, d'élèves comme de professeurs, font état d'une difficulté à suivre les cours. Même lorsque ça fonctionne côté technique, ce n'est pas facile d'intéresser les élèves pendant toute la durée d'une classe, de faire participer tout le monde, de s'assurer que chacun a bien compris... L'aspect qualitatif des cours, l'apprentissage en lui-même, est mis à rude épreuve.

"On sait que c'est compliqué, notamment pour deux catégories d'élèves : des élèves qui ont besoin d'être motivés et accompagnés et qui effectivement, ne se retrouvent pas dans le numérique. Ce sont ces élèves-là qui ont décroché pendant le "grand confinement" de mars à mai 2020. Mais on les a très vite retrouvés dans les établissements, ce qui montre que ce n'était pas un désintérêt vis-à-vis de l'école, mais des difficultés avec le numérique. Et puis, il y a des élèves qui peuvent être accompagnés chez eux et puis d'autres qui n'ont pas cette chance. C'est pour cela que plus vite on retrouvera le chemin des écoles, mieux ce sera pour l'ensemble des élèves."

Même sans parler de ceux qui sont vraiment décrocheurs, on s'aperçoit que même des élèves au niveau "normal" ont aussi des difficultés à se concentrer en cours. Certains s'inquiètent vraiment pour le niveau de nos élèves dans les années à venir. 

"Les évaluations de CP et de CE1 réalisées après le confinement du mois de mars ont montré qu'il n'y avait pas eu en définitive beaucoup de retard accumulé par les élèves, d'autant qu'on avait mis en place là où c'était nécessaire des dispositifs, en septembre et octobre, pour faire, le cas échéant, des rattrapages. Donc, je ne pense pas qu'il y ait une grosse accumulation de retard. On est sur un dispositif, tel que le président de la République l'a annoncé, d'un retour très rapide dans les écoles. Je pense que cette période n'aura pas d'incidence particulière pour les écoliers après les deux semaines de vacances qui se profilent à partir de vendredi soir. Ils n'auront connu que trois jours ou trois jours et demi d'enseignement à distance."

Pour nos élèves de terminale en Sarthe, comment le bac 2021 va-t-il se dérouler ? 

"Le bac va se passer normalement : le grand oral et l'épreuve de philosophie se dérouleront comme prévus, de la même manière pour les épreuves de français à la fin de la classe de 1ère."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess