Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ecotaxe poids lourds ? "C'est un non-sens", s'agace Pascal Trubert, le président de la FNTR Pays de la Loire

-
Par , France Bleu Maine

Invité de France Bleu Maine ce lundi 29 mars, Pascal Trubert, président de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) en Pays de la Loire a exprimé son opposition à un éventuel retour d'une écotaxe régionale. C'est l'une des dispositions du projet de loi "climat et résilience".

Un des derniers portiques encore en place après l'abandon de l'ecotaxe en 2013. (Photo d'illustration)
Un des derniers portiques encore en place après l'abandon de l'ecotaxe en 2013. (Photo d'illustration) © Radio France - Jean-François Fernandez

Après son abandon en 2014 suite au mouvement des Bonnet rouges, l'idée d'une écotaxe poids lourds fait son retour. Les régions auraient le choix de l'imposer ou non. C'est l'une des mesures du projet de loi "Climat et résilience" examiné à partir de ce lundi 29 mars à l'Assemblée Nationale. 

De toute façon, au final, nous répercuterons cette taxe sur les clients.

Sans surprise, cette disposition basée sur le principe du pollueur-payeur est froidement accueillie par la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR). "Cela va créer une distorsion de concurrence entre les transporteurs de chaque région. On ne voit pas comment elle sera mise en place. Ce sera une usine à gaz comme d'habitude et ça ne fonctionnera sans doute pas. Puis, nous ne mettons pas des camions sur la route pour notre plaisir. A l'intérieur, il y a des marchandises dont nos concitoyens ont besoin. Nous ne sommes que des intermédiaires. Donc nous ferions mieux de mettre en place une éco-contribution sur les transports comme c'est le cas sur le frigo que vous achetez. C'est le consommateur qui le paie directement. De toute façon au final nous répercuterons cette taxe sur les clients parce que la taxe représente plus que le résultat des entreprises sur une année. Nous n'avons pas le choix", regrette Pascal Trubert, le président régional de la FNTR en Pays de la Loire, invité ce lundi de France Bleu Maine. 

Par ailleurs, il estime que les transporteurs routiers sont victimes d'un mauvais procès. "Il faut quand même savoir qu'aujourd'hui, le transport routier ne représente que quelques pourcents des émissions de CO2 et 1,2 % des particules fines. Alors que les voitures représentent 16% des émissions de CO2. Et puis, nous n'avons pas attendu la convention citoyenne pour le climat pour aller vers des moyens de transport plus verts. Nous achetons déjà des camions au gaz. Pour l'instant l'électrique ne fonctionne que pour les petits camions, quant à l'hydrogène ce n'est pas encore au point. Nous n'aurons pas de gros camions à l'hydrogène sur les 44 tonnes avant 2025/2030. Donc, avant laissons nous la possibilité d'avoir des véhicules pour remplacer le diesel". 

"Une taxation punitive n'a jamais été efficace parce que les infrastructures ferroviaires ne fonctionnent pas. Il faut avoir savoir que le kilométrage moyen du fret est de 150 km. Comment voulez-vous mettre la marchandise sur le fret en région ?", s'agace Pascal Trubert. 

Pascal Trubert, président de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) en Pays de la Loire était l'invité de France Bleu Maine ce lundi 29 mars

Choix de la station

À venir dansDanssecondess