Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation
Dossier : L'éducation : un enjeu électoral 2017

Education : entre 300 et 400 personnes dans la manifestation à Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Réforme du baccalauréat, carte scolaire révisée, sélection à l'entrée de l'Université. Ces sujets d'inquiétude ont peu rassemblé, ce mardi 6 février 2018, à Nancy, dans le cadre de l'appel à manifester lancé par les syndicats d'enseignants.

L'ambition exprimée par le chef de l'Etat pour l'Education nationale contredit la réalité, selon les manifestants, comme cette enseignante de Toul le suggère avec cette pancarte..
L'ambition exprimée par le chef de l'Etat pour l'Education nationale contredit la réalité, selon les manifestants, comme cette enseignante de Toul le suggère avec cette pancarte.. © Radio France - Laurent Watrin

Nancy, France

Les manifestants se sont donnés rendez-vous, à Nancy, place Stanislas en début d'après-midi, avant un défilé en centre-ville. "On est très peu nombreux", commente une syndicaliste, un peu à l'écart du cortège, en liaison téléphonique avec un collègue parisien...

La réforme du baccalauréat inquiète des professeurs de lycée

Pour Brigitte Monticelli, professeur au collège Valcourt de Toul (Meurthe-et-Moselle), l'ambition du chef de l'Etat se trouve aujourd'hui déçue sur le terrain : "deux classes de moins, dans notre collège, cela veut dire six collègues qui sont obligés de trouver des compléments de service dans d'autres établissements"

Dans le cortège, vestes sombres et chemises claires, deux étudiants inscrits en première année de la faculté des Lettres s'inquiètent de la future sélection à l'entrée de l'Université qui, selon eux, risque de barrer la route à des futurs bacheliers des filières pro. "Moi-même, j'ai fait un bac pro commerce, et aujourd'hui je suis en anglais à la fac et je m'y sens bien", raconte l'un des jeunes manifestants.

L'Université est un droit social"

Un autre étudiant en Lettres, bière à la main - "il nous faut bien du carburant" dit-il -, estime que l'Université doit rester "une ouverture sur le monde pour les classes précaires : c'est un droit social, pas une porte sur un métier".

Pour d'autres, l'inquiétude première réside dans le projet de réforme du baccalauréat, encore à l'étude sur la base du rapport Mathiot. Cet enseignant de lycée redoute un "contrôle continu du bac qui ne serait pas anonyme".

Un petit défilé au départ de la place Stanislas. - Radio France
Un petit défilé au départ de la place Stanislas. © Radio France - Laurent Watrin

Ce professeur des écoles regrette de devoir faire la classe à plus d'élèves aujourd'hui : "je travaille moins bien, c'est dommage".

"Et n'allez pas croire que les manifestants sont des syndiqués jamais contents", conclut un autre enseignant, sourire débonnaire et mains dans les poches, sur le chemin de la place Saint-Epvre.

Les syndicats lorrains de l'Éducation nationale ont revendiqué jusqu'à 450 manifestants au plus fort de cette manifestation à Nancy. 

Le cortège nancéien s'étire vers la vieille ville. - Radio France
Le cortège nancéien s'étire vers la vieille ville. © Radio France - Laurent Watrin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu