Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Éducation nationale : plusieurs centaines d'enseignants mobilisés en Berry contre les suppressions de postes

-
Par , France Bleu Berry

A l'appel d'une intersyndicale, entre 400 et 500 enseignants ont manifesté ce lundi à Bourges et Châteauroux, contre le plan de suppression de postes annoncé dans l'Education nationale.

Entre 150 et 200 manifestants ont été comptabilisés à Châteauroux dans l'Indre.
Entre 150 et 200 manifestants ont été comptabilisés à Châteauroux dans l'Indre. © Radio France - Jonathan Landais

Les enseignants étaient mobilisés partout en France ce lundi contre le plan de suppression de postes dans l'Education nationale, à l'appel d'une intersyndicale très large, une première depuis 2011. On a compté quelques 150 à 200 manifestants lundi matin Place de la République à Châteauroux, 250 à 300 manifestants à Bourges.

Les enseignants protestent contre l'annonce de 2.650 suppressions de postes dans les collèges et lycées publics l'an prochain (- 550 dans le secondaire privé). Ils entendent faire pression sur le gouvernement alors que le volet Education du projet de budget 2019 doit être discuté en séance plénière ce mardi à l'Assemblée nationale.

La réforme du Lycée inquiète

Dans le secondaire, c'est la réforme du Lycée qui inquiète. "Il y a plein d'interrogations, nos élèves de Seconde nous posent des questions auxquelles on ne peut pas répondre", témoigne Julie, professeur d'histoire géographie au Lycée Jean Giraudoux à Châteauroux. "Par exemple, est-ce qu'ils pourront avoir une liberté totale dans le choix des spécialités ? D'après le ministre, oui, dans la réalité, comment ça va se mettre en place... je pense que même les chefs d'établissements ne peuvent pas répondre".

Les services publics sont menacés en milieu rural, l'éducation n'y échappe pas"

Nicolas Duverdier enseigne l'histoire-géographie au Lycée George Sand à La Châtre - Radio France
Nicolas Duverdier enseigne l'histoire-géographie au Lycée George Sand à La Châtre © Radio France - Jonathan Landais

2.650 postes seraient supprimés l'an prochain dans les collèges et lycées au niveau national. Nicolas Duverdier redoute que des établissements ruraux soient encore laissés pour compte, il enseigne au Lycée George Sand à La Châtre. "C'est vrai que tous les services publics sont actuellement menacés dans les secteurs ruraux, on le voit avec la maternité du Blanc, la gare d'Argenton... les écoles vont être touchées, c'est sûr..."

"Avec la suppression des séries, on risque de perdre beaucoup d'heures"

Les enseignants du primaire mobilisés

Selon le gouvernement, 1.800 postes seront créés en primaire, mais là-encore les petites écoles de campagne craignent malgré tout des fermetures de classes.

Mayline Lemaire, co-secrétaire du Snuipp dans l'Indre et enseignantes à l'école des marins à Châteauroux - Radio France
Mayline Lemaire, co-secrétaire du Snuipp dans l'Indre et enseignantes à l'école des marins à Châteauroux © Radio France - Jonathan Landais

"On dédouble essentiellement les classes de CP et CE1 dans les REP+ en zones d'éducation prioritaire, ce qui veut dire dans l'Indre des fermetures en zones rurales, où on n'accepte pas de laisser des classes à 15 ou 16 élèves",  estime Mayline Lemaire, co-secrétaire du Snuipp dans l'Indre.

"Ce qui me fait peur c'est la carte scolaire 2019, il y aura des suppressions dans l'Indre"

588 élèves en plus dans l'Académie en 2018

"On ne peut pas décemment supprimer autant de postes alors qu'il y a des élèves en plus", déclare de son côté Cécile Buchet, la secrétaire du Snes FSU dans l'Indre, professeur de Français au collège de Levroux, l'an dernier, elle rappelle que dans l'académie d'Orléans-Tours 12 postes d'enseignants avaient été supprimés alors qu'il y avait 588 élèves en plus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu