Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En grève cette semaine, les assistants d'éducation se mobilisent ce jeudi à Tours

-
Par , France Bleu Touraine

Les assistants d'éducation des collèges et lycées, souvent appelés "surveillants", se mobilisent ce jeudi dans toute la France et notamment en Indre-et-Loire. Depuis lundi 22 mars, ils appellent à une "semaine morte dans les vies scolaires" et demandent une meilleure reconnaissance de la profession.

Illustration d'une manifestation des AED dans l'Aude ce mardi 24 mars.
Illustration d'une manifestation des AED dans l'Aude ce mardi 24 mars. © Maxppp - Claude Boyer

Les assistants d'éducation du secondaire sont de nouveau en grève cette semaine. Depuis le 1er décembre 2020, un mouvement de grève inédit s'est mis en place chez les AED en France. Plusieurs vies scolaires, dans les collèges et lycées sont même partiellement voire entièrement fermées cette semaine. Cela fait suite à l'appel d'un mouvement national, après une décision de la coordination nationale des collectifs d'AED, mouvement suivi en Indre-et-Loire, pour protester contre leurs conditions de travail et en revendiquer une amélioration. 

Précarité de la profession

Ils dénoncent une précarité de l'emploi, avec un temps partiel souvent imposé, payé au salaire minimum. Mais surtout, les "surveillants" enchaînent des contrats précaires de douze mois, sans aucune garantie de renouvellement, pendant six ans maximum et demandent donc la création d’un vrai statut pérenne passant par la reconnaissance d’un « métier d’éducateur scolaire ». Autres revendications : une augmentation salariale, plus d'embauches et la création d'un diplôme professionnalisant.

Rassemblement ce jeudi devant la préfecture d'Indre-et-Loire

Alors qu'on dénombre 642 assistants d'éducation (AED) en Indre-et-Loire dans les 105 établissements du second degré que compte le département, ils pourront de nouveau se faire entendre ce jeudi 25 mars. Un rassemblement des AED aura lieu à 14h devant la préfecture d'Indre-et-Loire à Tours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess