Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

EN IMAGES - L'école de Liginiac, en Corrèze, modèle pour l'enseignement du développement durable

-
Par , France Bleu Limousin

L'académie de Limoges récompense ce mercredi dix-neuf établissements vertueux, tous engagés dans une démarche globale de développement durable. Parmi eux, il y a l'école de Liginiac, en Corrèze, où moult actions concrètes, notamment portées par les élèves, sont mises en place.

Un potager, cultivé en permaculture, est adossé à l'école de Liginiac
Un potager, cultivé en permaculture, est adossé à l'école de Liginiac © Radio France - Nicolas Blanzat

Dix-neuf établissements vertueux vont être récompensés par l'académie de Limoges, ce mercredi. Elle remet les labels E3D destinés aux établissements engagés dans une démarche globale de développement durable. Pour faire simple ces labels récompensent ceux qui mettent en place des actions concrètes avec les élèves pour sensibiliser aux bons gestes sur plusieurs volets.

Eco-délégués et charte de l'éco-écolier

Seuls trois établissements vont recevoir le troisième niveau du label pour matérialiser un engagement fort en la matière. L'école de Liginiac, près de Neuvic, en Corrèze, en fait partie. Ici, entre autres choses, des éco-délégués sont élus dans les classes allant du CP au CM2 et une charte de l'éco-écolier, complémentaire au règlement intérieur, est signée par tous les élèves.

A Liginiac, une charte de l'éco-écolier est signée par tous les élèves
A Liginiac, une charte de l'éco-écolier est signée par tous les élèves © Radio France - Nicolas Blanzat

"En classe, il faut par exemple éviter d'allumer les lumières quand il y a assez de soleil dehors, il faut mettre les papiers dans les cartons de tri, ne pas trop monter le chauffage des radiateurs en hiver, bien _fermer les portes_, etc." égrène Camille, éco-déléguée de la classe de CM2. Sa mission consiste à veiller à ce que "tout le monde fasse des bons gestes pour la planète, parce que si on pollue trop, elle va souffrir".

Ne pas gaspiller ni la nourriture ni l'eau

Cela concerne aussi la cour de l'école, les sanitaires et la cantine. "On doit manger tout ce qu'il y a dans notre assiette et ne pas gaspiller ni la nourriture, ni l'eau" continue celle qui va découvrir le collège l'année prochaine. A la cantine, la cuisinière Karine travaille quasi exclusivement des aliments achetés chez des producteurs locaux. Les épluchures et tout ce qui n'a besoin de rien pour être recyclé prend la direction des deux composteurs installés à côté de l'école sur un terrain mis à disposition par la municipalité.

Deux composteurs sont installés à l'école de Liginiac
Deux composteurs sont installés à l'école de Liginiac © Radio France - Nicolas Blanzat

"Plein de choses paraissent évidentes " reprend Jean-François Beylier, instituteur en CM1-CM2 et directeur de l'école, "on essaye de les mettre en place à l'école. Les élèves représentent l'avenir. Ils en parlent à la maison et autour d'eux, et en général ils transmettent à leur tour ". Héloïse, en CM1, a d'ailleurs un secret à confier. "On habite près d'une forêt où il fait parfois très sombre, et mes parents laissent la lumière allumée et ne pensent plus à l'éteindre. Alors, je leur rappelle qu'il faut l'éteindre parce que la lumière est de l'énergie, on la paye, et ça pollue !".

La charte de l'éco-écolier est signée par tous les élèves de chaque classe
La charte de l'éco-écolier est signée par tous les élèves de chaque classe © Radio France - Nicolas Blanzat

Un potager cultivé en permaculture

Les élèves, de maternelle et primaire, cultivent aussi un potager. Le confinement a bouleversé le temps des plantations, mais elles ont pu se terminer en ce début de semaine. "On finit de mettre la paille pour isoler le sol" lance Valentin, en pleine action ce mardi, lui aussi éco-délégué de sa classe. "A quoi sert la paille ?" interroge Jonathan, agent municipal aux espaces verts, qui accompagne les élèves dans la tenue du potager. "A garder l'humidité et à empêcher les mauvaises herbes de pousser" répondent illico Valentin et ses camarades. 

"Je trouve ça magnifique de partager avec les enfants, de planter avec eux, c'est la vie ! On vient de le voir avec la crise sanitaire, notamment au niveau de l'alimentation, il est important dès le plus jeune âge de leur apprendre le jardinage et des techniques respectueuses de l'environnement". Car le potager, avec tomates, poivrons, courges, framboisiers, etc. qui finissent autant que possible dans les assiettes à la cantine, est désormais cultivé en permaculture. "On ne met pas de produits chimiques" assure Louise, en CM1, "juste de l'eau" captée avec un récupérateur sur un toit juste à côté.

Un récupérateur d'eau permet d'arroser le potager quand le besoin se fait sentir
Un récupérateur d'eau permet d'arroser le potager quand le besoin se fait sentir © Radio France - Nicolas Blanzat

Permaculture, c'est quoi au fait ? "Tu cultives avec plusieurs types de choses : des feuilles, des crottes de poule et du bois mort, et on fait plein de couches" détaille l'apprentie jardinière, "ça s'appelle la culture en lasagnes" qui ne nécessite pas de bêchage, "du coup, on ne déloge pas les vers de terre."

Un hôtel à insectes est aussi installé près du potager
Un hôtel à insectes est aussi installé près du potager © Radio France - Nicolas Blanzat

D'ailleurs, Louise a voulu parler à ses parents du potager de la maison. "Il n'est pas en permaculture... alors j'ai dit qu'on pourrait peut-être essayer. Ils ont dit d'accord !". Tout sourire en écoutant les élèves dont il se dit "très fier car ils croient aux projets et sont toujours partants et impliqués", Jean-François Beylier apprécie cet essaimage à sa juste valeur. "C'est le but. Certains vont aller au collège l'année prochaine après un travail de plusieurs années ici sur ces sujets. Il y aura la maison, le collège et peut-être le lycée, parce qu'ils ont tous envie de faire bouger les choses". 

Au total, l'académie de Limoges va remettre les labels de niveau 1, 2 et 3 à neuf établissements de Haute Vienne, cinq de Corrèze et cinq de Creuse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu