Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Isère : des familles se mobilisent pour le maintien de l'école à la maison

-
Par , France Bleu Isère

L'Assemblée nationale a adopté ce samedi le projet de loi contre le séparatisme et son article 21 qui renforce le contrôle de l'instruction en famille (IEF). Des familles se mobilisent contre ce texte et pour que leur liberté d'instruction soit conservée. Exemple avec cette famille de Vif.

62 000 élèves sont concernés par l'Instruction en famille
62 000 élèves sont concernés par l'Instruction en famille © Maxppp - Franck Delhomme

Tout a commencé le 2 octobre 2020 aux Mureaux dans les Yvelines (78). Ce jour-là, Emmanuel Macron a annoncé vouloir rendre la scolarisation obligatoire à 3 ans, l’instruction scolaire à domicile devenant "strictement limitée" aux impératifs de santé. Il s'agit d'une des mesures de ce plan de lutte contre les séparatismes, principalement l'islamisme radical. La question de l'instruction, c'est l'article 21 du projet de loi contre le "séparatisme" qui vient d'être adoptée en première lecture par l'Assemblée Nationale. 

Des familles se sont indignées et ont protesté contre cet article qui n'interdit pas l'école à la maison mais fait évoluer son fonctionnement. L'idée est de passer d'un système déclaratif à un système d'autorisation. C'est-à-dire que les familles qui, jusqu'alors déclaraient l'IEF, devront désormais recevoir l'autorisation de la part des académies avant de pouvoir enseigner à leurs enfants. 

"Mes enfants ne sont pas les enfants de la République" - Jérôme Charlon

Une proposition qui ne convient pas à Jérôme Charlon. Depuis 2014, ses deux enfants âgés aujourd'hui de 9 et 5 ans font l'école à la maison. Ce papa se sent méprisé par le gouvernement : "En tant que parent, on ne voit pas la nécessité de cette loi,  et on considère cette loi comme une atteinte à la liberté d'instruction des parents et à la liberté des enfants de choisir aussi où ils vont apprendre le mieux. _Mes enfants ne sont pas les enfants de la République_", affirme Jérôme Charlon. 

Briser les clichés 

Ce père de famille veut également briser les clichés sur les enfants qui suivent l'école à la maison : "Nos enfants ne sont pas des sauvages. Nos enfants sont très sociaux, surtout avec les adultes car ils ne les voient pas comme une figure d'autorité mais comme une figure d'accompagnement. Quand il y a des adultes autour, ils vont très facilement aller les voir. Je trouve également que les enfants qui font l'Instruction en famille sont très ouverts inter-âges, car ils ne sont pas clivés par classe. Mon fils de 9 ans a un meilleur ami de 12 ans", explique Jérôme Charlon. 

Un choix commun

Chaque année, Jérôme et son épouse demandent à leurs enfants s'ils veulent retourner à l'école. La plus petite a un avis bien tranché sur la question : "Ça me donne un peu envie mais j'aime mieux rester ici parce que moi j'aimerais d'abord apprendre avec mes parents, et après faire toute seule". Dans cette famille, le choix s'est fait car les parents voulaient mieux accompagner leurs enfants. Mais les parents peuvent avoir recours à l'IEF pour d'autres raisons : enfants avec une phobie scolaire, enfants harcelés ou encore, enfants en situation de handicap mal accompagnés dans un milieu scolaire classique. 

Pour rappel, en France, 62 000 élèves étaient en instruction à domicile à la rentrée 2020 contre 41 000 en 2019. Un chiffre en constante augmentation. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess