Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

En Meurthe-et-Moselle, le projet de carte scolaire de la rentrée prochaine fait grincer des dents

dimanche 28 janvier 2018 à 17:40 Par Cédric Lieto et Mohand Chibani, France Bleu Sud Lorraine

A quoi ressemblera la carte scolaire 2018/2019 en Meurthe-et-Moselle ? La direction académique et les syndicats se réunissent ce lundi pour en discuter. Si le département comptera 26 enseignants de plus, il devrait perde 36 classes à la rentrée.

Couloir d'une école primaire (illustration)
Couloir d'une école primaire (illustration) © Maxppp - Baziz Chibane

Nancy, France

La direction académique de Meurthe-et-Moselle et les syndicats d'enseignants réunis ce lundi à Nancy pour aborder un sujet brûlant, celui de la carte scolaire dans le département à la rentrée prochaine. La Meurthe-et-Moselle devrait compter 26 enseignants de plus dans le primaire en septembre. Un chiffre à relativiser.

Des classes en moins

Car si le département peut compter sur des créations de postes, il n'échappera pas à la diminution du nombre de classes. Le projet de carte scolaire prévoit 14 ouvertures de classes pour 50 fermetures pour l'instant. De  nombreuses créations de postes sont destinées au dédoublement des classes de CP et CE1 situées en REP+, en zones d'éducation prioritaires. Un choix qui a des conséquences : dans certaines maternelles, les effectifs pourraient atteindre 29 élèves par classe si les fermetures de classes sont confirmées. Ce serait le cas à l'école Clémenceau de Saint-Max, Saint-George à Nancy ou encore l'école Vautrin de Maxéville.  A Maxéville, le maire Christophe Choserot a écrit à la directrice d'académie pour dire son incompréhension.

Des fermetures en milieu rural

Autre conséquence de ce renforcement des effectifs en REP+, souvent en milieu urbain, c'est que certaines écoles en milieu rural vont devoir rendre des postes.  De Baccarat à Saizerais, en passant par Nomeny, Gondreville ou Vaudelainville, de nombreuses communes rurales devraient être touchées par des fermetures de classes à la rentrée prochaine.