Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

En visite à Dijon, le ministre de l'Éducation nationale souhaite développer l’aide aux devoirs

vendredi 9 novembre 2018 à 20:28 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Jean-Michel Blanquer a effectué ce vendredi 9 novembre une visite à Dijon sur le thème du dispositif « Devoirs faits ». Le ministre de l’Éducation nationale souhaite que davantage d’élèves puissent faire leurs devoirs au collège.

Jean-Michel Blanquer ( 2e en partant de la gauche) a assisté à une séance de devoirs faits au collège.
Jean-Michel Blanquer ( 2e en partant de la gauche) a assisté à une séance de devoirs faits au collège. © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

C’est au collège Clos de Pouilly à Dijon, que le ministre de l’Éducation nationale était attendu ce vendredi. Il a rencontré les professeurs et les élèves qui participent au dispositif "Devoirs faits". Lancé l'an dernier, il permet aux enfants qui le souhaitent de faire leurs devoirs au collège plutôt qu'à la maison, encadrés par des enseignants et des assistants d’éducation. Une mesure que Jean-Michel Blanquer souhaite développer puisque l'an dernier 4 élèves sur 5 n'en avaient pas profité.

"un but de justice sociale"

Cela répond, dit le ministre à « un but de justice sociale, puisque tous les enfants ne sont pas à égalité sur ce plan-là, et cela permet d’élever le niveau général, parce que c’est important d’apprendre aux enfants à avoir de l’autonomie, à s’exercer etc… » Jean-Michel Blanquer y voit aussi des effets indirects, comme apaiser le climat en famille, « parce qu’on sait que les devoirs, c’est parfois un sujet d’agacement en famille ». Ou encore améliorer les relations entre les parents d’élèves et le collège, « parce que les parents comprennent que le collège est mobilisé pour faire réussir les enfants ».

Une participation trop faible des élèves en difficulté

Jean-Thomas Cardiel, prof d'histoire-géo, a présenté au ministre une classe dont il encadre les devoirs. Il insiste sur l’entraide entre élèves : « on joue sur la coopération entre celui qui a déjà tout compris et celui qui a encore un petit peu de difficulté ». Anne Terrien enseigne les sciences de la vie et de la Terre au collège Clos de Pouilly. Elle fait partie des 10 professeurs qui aident aux devoirs et elle trouve cela gratifiant : « c’est un dispositif qui permet certainement d’effacer certaines inégalités sociales, puisque des enfants dont les parents ne sont pas disponibles pour les aider, peuvent réussir. C’est extrêmement gratifiant ». Mais elle regrette que trop peu d'élèves en difficulté s'inscrivent aux devoirs encadrés. 

Sur un total de 857 élèves, une centaine d’enfants du collège Clos de Pouilly sont inscrits au dispositif. Le ministre a fixé de nouveaux objectifs pour cette année scolaire : que dans chaque collège, un minimum d’aide aux devoirs de 4 heures par semaine soit proposé, et qu’un plus grand nombre d’élèves soient incités à y participer.