Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'engouement pour les "colos apprenantes" dans les Vosges

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Plus de 400 jeunes, dont les 3/4 vosgiens auront fréquenté cet été 2020 les "colos apprenantes" organisées dans les Vosges. Un dispositif initié par le ministère de l'Education nationale et de la jeunesse et qui vise à remobiliser les savoirs après une longue période de confinement.

Colo apprenante 'La maison d'ici" aux Voivres
Colo apprenante 'La maison d'ici" aux Voivres © Radio France - Hervé Toutain

Manon Dennetière s'active autour des élèves qui dessinent et peignent. La directrice du centre "La maison d'ici" aux Voivres dans les Vosges,  n'a aucun doute sur l'utilité de ces colonies un peu spéciales dans un contexte épidémique.  

Les jeunes âgés de 6 à 17 ans mettent à profit ce temps libre des vacances pour approfondir leurs connaissances en anglais et développement durable. "Ils ne sont plus forcément habitués à travailler et doivent se réapproprier une méthode et une discipline" poursuit Ylanna intervenante en anglais. Pendant une semaine et en groupes d'une dizaine d'élèves chacun, les apprentissages théoriques et les activités extérieures alternent. "Inutile de forcer les choses, c'est plus une imprégnation constante dans chaque matière que nous visons" explique encore Manon Dennetière.  

Après un début poussif, il a fallu prévenir les parents en catastrophe, les "colos-apprenantes"ont suscité un réel engouement à partir de la mi-juillet. Autre avantage ce mode de vacances délaissé ces dernières années a retrouvé des couleurs. "Les classes moyennes ont été les premières intéressées et une vraie mixité sociale a suivi" se félicite Julien Le Goff. Le secrétaire général de la préfecture des Vosges souligne l'effort financier massif de l'Etat qui a permis ce résultat. Sur les 340 euros que coûtent un séjour d'une semaine par enfant l'Etat prend ainsi en charge 300 euros.   

Plébiscité, le dispositif est d'ores et déjà reconduit pour les vacances de la Toussaint

Choix de la station

À venir dansDanssecondess